ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

lundi 22 janvier 2018

Le numéro de téléphone comme alias du numéro de compte

En octobre 2018 il devrait être possible de virer instantanément de l'argent d'un numéro de téléphone à un autre à travers les 34 pays de la zone SEPA.

Depuis quelques années nous assistons à l'émergence de solutions de paiement instantané en Europe
et notamment récemment avec le lancement de SEPA Instant Credit Transfer. L'un des principaux usages de ces paiements est le paiement mobile de personne à personne (P2P).

Début 2017 la Banque centrale européenne (BCE) avait annoncé la possibilité d'utiliser un numéro de téléphone mobile comme identifiant bancaire. L'idée est d'associer un numéro de compte IBAN à son numéro de téléphone et ainsi de permettre à une personne de virer une somme à une autre personne en ne connaissant que son numéro de téléphone. Ces virements instantanés permettent de transférer jusqu'à 15 000 euros en moins de 10 secondes, contre 2 à 3 jours auparavant.

Même si des solutions comme Facebook Messenger ou Paypal permettent déjà de telles opérations, le Mobile Proxy Forum ("MPF") cherche à créer une interopérabilité entre les services domestiques existants en mettant en place un service nommé Standardised Proxy Look-Up (SPL) qui permettra à une solution domestique dans un pays de requêter un mandataire (proxy) pour obtenir les détails de paiement connexes dans un autre pays.
Source : EPC

Ce service permettra l'échange des données nécessaires pour initier des paiements mobiles entre solutions de paiement mobiles au niveau paneuropéen. Cela facilitera l'interopérabilité entre les solutions de paiement mobiles participantes.

Le service SPL doit être testé à partir de la mi-août 2018 pour être opérationnel en octobre 2018.


lundi 18 décembre 2017

Les banques se font belles pour l’open banking

Source : L'AGEFI (14/12/2017)
Avec l’entrée en vigueur de la DSP2, les établissements doivent offrir des interfaces sécurisées, premier pas vers de nouveaux relais de croissance.

(...)



mercredi 29 novembre 2017

Bankin : que change la limitation du web scraping ?

Source : cBanque (28/11/2017)

En choisissant de donner la primauté à la solution bancaire d’accès aux données de paiement, la Commission européenne remet-elle en cause l’activité de certaines fintechs, notamment des agrégateurs de comptes ? Non, estime Joan Burkovic, fondateur et PDG de Bankin, qui parle de compromis (...)

Lire l'article dans cBanque.com


Mise en oeuvre de la DSP2 : le choix de la sécurité

Source : Communiqué de presse Fédération Bancaire Française (28/11/2017)

La Fédération bancaire française prend acte de la publication par la Commission européenne des normes techniques réglementaires (RTS) concernant la Directive des services de paiement (DSP2).


En privilégiant les interfaces standardisées, ouvertes et sécurisées (API) comme solutions d'accès aux comptes de paiement par les agrégateurs et les initiateurs de paiement au sein de l'Union européenne, la Commission a fait le choix de la sécurité.


A l'instar de l'Autorité bancaire européenne (ABE), du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), des autorités en charge des questions de cybersécurité, des associations bancaires européennes et des Fintechs désireuses d'entrer sur le marché, la FBF a toujours soutenu les API, seules solutions garantes d'une véritable sécurité dans l'environnement actuel de cyberattaques toujours plus nombreuses.


Maintenant que la solution API est clairement retenue au niveau européen, il est nécessaire de réduire au maximum la période de transition et de mettre en oeuvre rapidement des API opérationnelles.


Pour Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF : "L'actualité des derniers mois vient nous rappeler que le nombre de cyberattaques, toujours plus puissantes, se multiplie. Les API offrent une réponse sécurisée et leur reconnaissance par la Commission européenne est une bonne nouvelle pour tous. Les banques françaises déploieront cette solution courant 2018."

Télécharger le communiqué de presse

mardi 21 novembre 2017

Paiement instantané : les banques avancent en ordre dispersé

Source : LesEchos.fr (20/11/2017)

Seule BPCE se dit prête à proposer des offres de paiement en temps réel à ses clients d'ici au printemps prochain.

Les autorités européennes espèrent avoir trouvé avec le virement en temps réel la réponse à la domination américaine de Visa et Mastercard sur le marché des paiements par carte. Mais toute la difficulté est de passer de la théorie à la pratique : le déploiement de ce nouveau Graal, qui doit permettre d'envoyer de l'argent d'un compte bancaire à un autre en temps réel, s'avère laborieux.

Malgré le vœu du Conseil européen des paiements (EPC) de voir dès le 21 novembre les acteurs bancaires de l'espace unique des paiements en euro (SEPA) proposer le virement instantané, en France, pays où la carte bancaire est reine, aucune banque n'a encore adhéré à son schéma, dont l'instance a fixé les règles de fonctionnement il y a un an . Et parmi les 34 pays membres du SEPA, les plus gros bataillons d'aspirants se concentrent en Autriche, en Allemagne, en Espagne et en Italie (...)



Messages les plus consultés