ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

mercredi 25 avril 2018

Menacé par Ripple, Swift contre-attaque

Source : JDN (24/04/2018)

Le système de messagerie bancaire international innove dans les domaines du paiement international, l'instant payment et la blockchain.


Dans la fintech, personne n'est à l'abri. Pas même Swift, le service utilisé par l'ensemble des banques du monde pour gérer les transferts internationaux. Le réseau interbancaire aux 11 000 membres a vu apparaître en 2017 un concurrent : Ripple. Cette start-up américaine a développé un protocole blockchain qui permet de réaliser des transactions internationales quasi-instantanées et une crypto-monnaie (baptisée XRP) qui permet de fluidifier encore plus les transferts de fonds. Elle est notamment en phase de test avec Western Union, American Express ou encore Crédit Agricole. La banque espagnole Santander vient quant à elle de lancer un service de virements internationaux basé sur ce protocole.


Autant de références qui renforcent sa légitimité sur le marché. "Ripple est intéressant car sa monnaie s'apparente dans ce cas à une supra-monnaie qui facilite considérablement le change de devises. C'est comme si les banques avaient une monnaie unique dont la valeur est universelle", estime Thierry Dinard, consultant chez HSBC et responsable du développement de Syrtals, un cabinet spécialisé dans les moyens de paiement. "Le seul inconvénient étant la forte volatilité de son cours." Comme la majorité des crypto-monnaies, le cours de Ripple a connu une forte augmentation entre décembre 2017 et janvier 2018 (+1 450%) suivie d'une forte baisse. Mais il se stabilise depuis quelques semaines.
Face à la menace, Swift multiplie les innovations (...)




mercredi 4 avril 2018

Les banques à l'heure de l'Open Banking

Source : Etude Deloitte Analytics

Comment se développer dans un univers incertain ?

Un coup d’accélérateur en matière de réglementation a conduit à une révolution au sein du secteur bancaire : l’Open Banking. Celle-ci incite très largement les banques à ouvrir leurs systèmes d’information et à partager avec leurs concurrents une partie de leurs données clients. Ce mouvement s’amplifie avec l’entrée en vigueur en 2018 de la 2e directive européenne sur les services de paiement qui tend à redonner au client la maîtrise de ses données.

Lire / télécharger l'étude Deloitte Analytics

lundi 19 mars 2018

Des API dans les banques françaises à l’automne 2018

Source : Revue Banque (28/02/2018)

Plusieurs banques devraient faire entrer en production après l’été 2018 leur API [1] d’accès aux comptes de paiement, comme les y invitent les standards techniques (RTS) de la DSP2, qui entreront en vigueur mi-2019. BPCE pourrait sortir son API au premier semestre, BNP Paribas en septembre 2018. « Nous sortirons la nôtre après l’été », indique Bernardo Sanchez Incera, directeur général délégué de Société Générale. Les banques coordonnent leurs travaux autour d’un standard en cours d’élaboration par la Stet.

Par ailleurs, à l’occasion de la ratification de la transposition de la DSP 2 en droit français, le gouvernement propose un amendement visant à anticiper la mise en place de ces normes techniques, « dès lors que nous aurons la certitude que les API [proposées par les banques] seront opérationnelles », a expliqué Jérôme Reboul du Trésor devant la Commission des finances du Sénat. Une possibilité que conteste Joan Burkovic, au nom des nouveaux tiers de paiement, rappelant que six mois de test par le marché ont été prévus par la loi.

[1] Application Programming Interface : en français, interface de programmation.

Extrait de Revue Banque n° 818

lundi 22 janvier 2018

Le numéro de téléphone comme alias du numéro de compte

En octobre 2018 il devrait être possible de virer instantanément de l'argent d'un numéro de téléphone à un autre à travers les 34 pays de la zone SEPA.

Depuis quelques années nous assistons à l'émergence de solutions de paiement instantané en Europe
et notamment récemment avec le lancement de SEPA Instant Credit Transfer. L'un des principaux usages de ces paiements est le paiement mobile de personne à personne (P2P).

Début 2017 la Banque centrale européenne (BCE) avait annoncé la possibilité d'utiliser un numéro de téléphone mobile comme identifiant bancaire. L'idée est d'associer un numéro de compte IBAN à son numéro de téléphone et ainsi de permettre à une personne de virer une somme à une autre personne en ne connaissant que son numéro de téléphone. Ces virements instantanés permettent de transférer jusqu'à 15 000 euros en moins de 10 secondes, contre 2 à 3 jours auparavant.

Même si des solutions comme Facebook Messenger ou Paypal permettent déjà de telles opérations, le Mobile Proxy Forum ("MPF") cherche à créer une interopérabilité entre les services domestiques existants en mettant en place un service nommé Standardised Proxy Look-Up (SPL) qui permettra à une solution domestique dans un pays de requêter un mandataire (proxy) pour obtenir les détails de paiement connexes dans un autre pays.
Source : EPC

Ce service permettra l'échange des données nécessaires pour initier des paiements mobiles entre solutions de paiement mobiles au niveau paneuropéen. Cela facilitera l'interopérabilité entre les solutions de paiement mobiles participantes.

Le service SPL doit être testé à partir de la mi-août 2018 pour être opérationnel en octobre 2018.


Messages les plus consultés