ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

mardi 13 mai 2014

Logiciels de BI et analytiques : 2014 marquera un tournant pour les ventes

Source : Distributique (06/05/2014)

Les ventes mondiales de logiciels de BI et d'applications analytiques ont progressé de 8% en 2013, affirme le Gartner. Si la croissance est restée stable comparée à 2012, le cabinet d'études prévoit que 2014 marquera le début d'une forte progression dans le secteur. (...)

Lire l'article dans Distributique



lundi 5 mai 2014

SEPA : fin de la saga ?

Source : ZDNet (03/04/2014)

SEPA, échéance au 1er Février 2014, repoussée de 6 mois par la Commission européenne a permis d'éviter un cauchemar dans les échanges électroniques, virements et prélèvements. Le comité SEPA appelle maintenant les retardataires a accélérer. Fin de la saga ?

En décembre 2013 GreenSI ne voyait pas comment la date fatidique du 1er février pour la migration de tous les échanges de prélèvements et virement au nouveau format européen SEPA - Single European Payment Area - pouvait être tenue (SEPA, c'est pas prêt !).

Sans surprise l'échéance de février 2014 a été repoussée de 6 mois par la Commission Européenne, même si la date du 1er ne changeait pas officiellement (SEPA: quand c'est pas prêt... c'est repoussé !). Dans la pratique cela voulait dire que ceux qui n'étaient pas prêts n'ont pas eu de rejets de leurs prélèvements ou virements quand il n'étaient pas au nouveau format SEPA (...)

Lire l'article dans ZDNet



Le reporting EMIR pour des transactions financières transparentes

Source : Culture Banque

A l’initiative du G20, la nouvelle réglementation européenne des dérivés OTC ; EMIR, a franchi le 12 février dernier un cap important avec l’entrée en vigueur de l’obligation de reporting des transactions.

Cette obligation qui vise à assurer davantage de transparence, impose un reporting des transactions auprès des référentiels centraux (Trades Repositories), fournissant ainsi aux autorités une base centrale de données des opérations de dérivés ; y compris à la différence de DFA, des opérations de dérivés listés. L’entrée en vigueur de cette obligation a eu lieu le 16 aout 2012. Cela suppose que les contrats en vie à cette date doivent également être déclarés ; ce qui représente une volumétrie d’opérations colossale pour les plus grands acteurs, et nécessite donc un backloading conséquent. Le reporting inclut l’ensemble des caractéristiques de chaque transaction réalisée et doit être soumis à un GTR. A ce stade, il semble difficile d’évaluer de façon précise le nombre firmes ayant répondu à ces nouvelles exigences, même si le nombre d’enregistrements constaté de la part des entités semble bien inférieur à celui escompté (...)

Lire l'article dans Culture Banque



Les derniers retardataires doivent adopter les moyens de paiement SEPA bien avant le 1er août 2014 pour éviter le rejet de leurs opérations

Communiqué de presse (Fédération Bancaire Française, 30/04/2014)

Depuis le début de l'année 2014, la migration française vers les moyens de paiement SEPA a enregistré une accélération décisive. Les administrations publiques et la quasi-totalité des entreprises françaises ont aujourd'hui terminé leur passage au SEPA et ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité de cette migration.

Ainsi, à la fin du mois de mars 2014, 93,47 % des virements et 90,62 % des prélèvements nationaux échangés sur les systèmes de paiement étaient effectués au format SEPA. En outre, le traitement des opérations de paiement se poursuit de manière satisfaisante pour l'ensemble des acteurs, comme le démontrent les taux de rejet très faibles des opérations SEPA qui demeurent à un niveau similaire à celui observé pour leurs équivalents nationaux avant la migration.

Il est primordial que les derniers retardataires (entreprises, associations, professions libérales, commerçants, artisans,...) adoptent les moyens de paiement SEPA le plus tôt possible afin d'éviter tout risque de rejet de leurs paiements, et notamment de non versement des salaires. Toute migration plus tardive les exposera à un rejet de leurs opérations dès la fin de la période de transition fixée au 1er août 2014, conformément au règlement européen (UE) n° 248/2014.

Tous les membres du Comité national SEPA, et en premier lieu les établissements bancaires, mettent tout en oeuvre pour accompagner ces acteurs pour une migration complète avant l'été.


ATTENTION :

Les banques et les autres prestataires de services de paiement, avec le soutien des associations professionnelles et des experts-comptables, continueront à accompagner ces acteurs pour faciliter leur migration, notamment celles des PME et TPE. A compter du 1er août 2014, il ne sera plus possible d'émettre des virements et des prélèvements en euro au format national pour des paiements en France comme vers les autres pays européens car toute opération non conforme aux exigences du SEPA ne pourra plus être acceptée par les banques. Les acteurs retardataires (entreprises, associations, professions libérales, commerçants, artisans, ...) qui n'auront pas fait le nécessaire pour adopter les moyens de paiement SEPA avant cette échéance verront leurs paiements rejetés.

Source : www.fbf.fr



Messages les plus consultés