ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

lundi 28 octobre 2013

Le paiement sans contact prêt à conquérir la France

Source : Ninon Renaud, LesEchos (28/10/2013)

La masse critique de clients équipés de cartes sans contact et de commerçants les acceptant sera atteinte à la fin de l'année. Le Groupement des Cartes Bancaires lance cette semaine une grande campagne de communication.


Quatre ondes verticales de tailles croissantes pour pictogramme et un slogan, « Poser, c'est payé ! » Trois ans et demi après son introduction à Nice, le paiement sans contact peut démarrer à grande échelle en France. C'est l'ambition du Groupement des Cartes Bancaires qui réunit la plupart des établissements financiers français. Son conseil d'administration a validé vendredi le budget de la campagne dédiée à cette façon de régler ses achats de moins de 20 euros (...)





vendredi 25 octobre 2013

La BCE publie son rapport de migration SEPA à octobre 2013

La Banque Centrale Européenne a publié le 24 octobre 2013 son second rapport sur l'état de la migration des pays de la zone euro au virement et au prélèvement SEPA (Single Euro Payments Area).


  • La migration progresse bien pour le virement (SEPA Credit Transfer), elle est en retard  pour le prélèvement (SEPA Direct Debit)
  • Une migration à la dernière minute presente des risques opérationnels pour les usagers et les fournisseurs de services de paiement
  • Tout le monde doit être prêt pour le 1er février 2014

Part des virements SEPA Credit Transfers et des prélèvements SEPA Direct Debits dans les transactions effectuées dans la zone euro (source BCE)
Part des SCT dans les virements effectués par pays  de la zone euro

Part des SDD dans les prélèvements effectués par pays  de la zone euro





vendredi 18 octobre 2013

A 109 jours du passage au SEPA, le Comité national SEPA rappelle que lamigration aux moyens de paiement SEPA au 1er février 2014 est impérative

Communiqué de presse (15/10/2013)

Le Comité national SEPA s’est réuni le 14 octobre 2013 en vue d’examiner l’état d’avancement de la migration à SEPA en France. La mobilisation de tous est indispensable : le temps presse pour que les travaux de préparation simples mais nécessaires à une migration réussie soient menés à bien.

Il ne reste plus que 109 jours aux parties prenantes françaises pour migrer vers les moyens de paiement SEPA.

Alors que le règlement européen fixe au 1er février 2014 la date d’arrêt définitif des opérations de virement et de prélèvement au format national, de nombreux acteurs économiques français, notamment parmi les PME et des TPE, n’ont toujours pas engagé leurs travaux de préparation pour migrer vers les moyens de paiement SEPA.  Comme l’ont souligné Pierre Moscovici, ministre de l'Économie et des Finances, et Christian Noyer,  gouverneur de la Banque de France, lors de la conférence de presse conjointe du 23 septembre dernier, il n’y a aucune alternative à la migration et il n’y aura pas de session de rattrapage. L'ensemble des parties prenantes doit donc continuer à se mobiliser pour que les entreprises qui ne l’ont pas encore fait mettent dès à présent leurs systèmes aux normes et soient ainsi prêtes à temps pour éviter le blocage de leurs paiements (virement des salaires, prélèvements chez les clients…) et respecter le règlement européen.

Le Comité national SEPA appelle à la mobilisation de tous et va poursuivre et amplifier ses actions de communication pour aider les acteurs économiques français qui ne l’ont pas encore fait à préparer leur migration.

Afin de s’assurer que toutes les entreprises françaises se préparent activement, les membres du Comité National SEPA vont intensifier chacun leurs actions pour continuer à sensibiliser les entreprises, faire connaître les enjeux du SEPA et la nécessité de s’y préparer Une information locale permanente est organisée par le réseau de la Banque de France et de l’Institut d’émission des départements d’Outre-mer, ainsi que par celui de la Fédération Bancaire Française, via ses Comités des banques. Ces réseaux vont renforcer leurs actions d’information en commun avec, depuis le début du mois d’octobre, une nouvelle série de réunions d’information.  Enfin, les organisations professionnelles, en particulier le MEDEF et la CGPME, vont poursuivre leur communication en relayant notamment l’information à leur niveau avec un effort particulier vers les PME. Pour limiter les risques inhérents à une migration au SEPA qui s’annonce tardive, le Comité national SEPA coordonnera et suivra un plan de tests à mettre en œuvre d’ici la fin de l’année pour préparer dans les meilleures conditions le passage au SEPA..

Contacts presse : 

Banque de France 01 42 92 39 00  service.de.presse@banque-france.fr www.banque-france.fr 

FBF Colette Cova – tél : 01 48 00 50 07 - e-mail : ccova@fbf.fr www.fbf.fr www.banques-sepa.fr

ATTENTION : A compter du 1er février 2014, il ne sera plus possible d’émettre des virements et des prélèvements en euro au format national pour des paiements en France comme vers les autres pays européens car toute opération non conforme aux exigences du SEPA ne sera plus acceptée par les banques. Tous les acteurs concernés (entreprises, banques, organisations professionnelles....) doivent prendre toutes les dispositions nécessaires pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation européenne, tout retard entraînant un risque de blocage des paiements. Les entreprises devront veiller à adapter leurs systèmes d’information. Les banques et les autres prestataires de services de paiement, avec le soutien de leurs associations professionnelles, devront pour leur part continuer à accompagner les entreprises pour faciliter leur migration, notamment celle des PME et TPE

Migration SEPA (Single Euro Payments Area), vers un Big Bang ?


Source : Finyear (18/10/2013)

Par Marc Chaintron, expert en Moyens de paiement chez Syrtals.

David Fondrie
David Fondrie
A quelques mois de l’échéance du 1er février 2014 plus communément désignée par la End Date, les statistiques nationales officielles font état d’une très faible progression des taux de SCT (Sepa Credit Transfer) et de SDD (Sepa Direct Debit), respectivement de l’ordre de 50% et de 2%. Ces chiffres conduisent à envisager la fin de nos instruments de paiement nationaux (les virements et les prélèvements) sous la forme d’un Big Bang, concentré sur les derniers mois de l’année, voire les toutes dernières semaines précédant la End Date.

Au regard du chemin qui reste à parcourir, cette échéance semble désormais toute proche, dans un contexte économique tendu qui ne favorise pas les investissements, les évolutions organisationnelles, les adaptations des systèmes d’information et la mobilisation des équipes.

...

Lisez la suite dans finyear magazine de septembre 2013

lundi 14 octobre 2013

[video] SEPA : adaptez vos moyens de paiement au plus vite

Source : MEDEF Haute-Savoie (08/10/2013)

Le 1er février 2014 le virement et le prélèvement SEPA deviennent obligatoires pour toutes les entreprises. Willy Dubost, directeur du département systèmes et moyens de paiement à la Fédération Bancaire Française, souligne l’importance de s’y préparer dès maintenant et de ne pas attendre le dernier moment. Pour cela, contactez votre banquier, votre expert comptable ou votre fournisseur de logiciel.



Les banques jouent de pédagogie sur internet pour inciter les PME à se mettre au SEPA

Source : cBanque (11/10/2013)

La Société Générale a lancé hier un site web pédagogique destiné à l’information de ses clients sur le passage au SEPA (Espace unique de paiement en euro). Une initiative illustrant l’intensification de la communication des banques sur le sujet, en vue de l’harmonisation prévue au 1er février 2014 (...)




mardi 8 octobre 2013

Migration SEPA SDD : l’ABCD des R

A lire dans le blog AVIZO : Un petit Memo pratique pour ne plus se perdre sur les termes des Opérations connexes (R-transactions) liées au SDD (SEPA Direct Debit)




Groupe Yves Rocher valide le respect de la réglementation EMIR sur la partie Trade Repository avec NEOFI Link

Communiqué de presse (03/10/2013)

Le Groupe Yves Rocher gère les échanges de données nécessitées par la réglementation sur les dérivés de gré à gré (ou European Market Infrastructure Regulation - EMIR) grâce au logiciel NEOFI Link de NEOFI Solutions.

Mettre en place une solution dans les délais, en toute sécurité et au meilleur coût
Afin de réguler les marchés des dérivés de gré à gré, l'Union européenne a publié le 27 juillet 2012 le règlement européen sur les produits dérivés de gré à gré, les contreparties centrales et les référentiels centraux (UE n°648/2012), aussi connu sous le nom European Market Infrastructure Regulation (EMIR).
Ce texte a pour objectif de réduire le risque lié aux produits dérivés de gré à gré ou Over The Counter (OTC) en instaurant des chambres de compensation. Ce règlement entraine la création de deux nouveaux acteurs : les référentiels centraux (Trade Repositories, TR - du type de l'AEMF le régulateur européen des marchés financiers) et les chambres de compensation, appelées contrepartie centrale (Central CounterParties, CCP).
Pour février 2014, toutes les entreprises concernées en Europe doivent adapter outils, processus et données afin de respecter cette nouvelle réglementation.
Le Groupe Yves Rocher recherchait une solution permettant de gérer automatiquement en toute sécurité les échanges de données entre son Système d'Information financier et le référentiel central de son choix.

Une solution complète sans modification des logiciels en place
La solution proposée par NEOFI Solutions s'appuie sur le logiciel NEOFI Link. Il dispose de toutes les fonctions permettant de se connecter à la base de données relationnelles du logiciel contenant les informations nécessaires, de les organiser selon le format défini et de les transmettre quotidiennement, en toute sécurité, au référentiel central.

Une mise en place rapide pour être prêt à temps sans prendre de risque
La solution a été structurellement conçue pour une mise en place rapide sans risque.
Premièrement, elle s'appuie sur la bibliothèque partagée appelée NEOFI Link Community* constituée de processus et formats d'échanges. Ensuite, les adaptations sont réalisées par simple paramétrage sans développement spécifique.

Monsieur Laurent DELAURIERE, Directeur Trésorerie Groupe Yves Rocher, souligne : « Nous sommes rassurés car la partie échange de données dans le projet EMIR a été traitée très rapidement, nous permettant ainsi de nous focaliser sur tous les autres aspects de ce projet. Le logiciel NEOFI Link et l'expertise des consultants de NEOFI Solutions ont permis de gérer très rapidement cette partie de projet. L'équipe trésorerie est autonome pour les futures adaptations.»

* communauté des utilisateurs du logiciel NEOFI Link

A propos de Groupe Yves Rocher :
Le Groupe Yves Rocher est un groupe familial, rentable et indépendant, animé par un esprit "d'entrepreneurs-créateurs", au positionnement original (producteur, récoltant, fabricant et distributeur). Le chiffre d'affaires du Groupe Yves Rocher (formé par 8 principales marques au service de la beauté et du bien-être des femmes : Yves Rocher, Petit Bateau, Stanhome, Dr Pierre Ricaud, Daniel Jouvance, Kiotis, ID Parfums Paris et Flormar) s'élève à plus de 2 milliards d'euros en 2012.
16 000 salariés collaborent aux destinées des marques du Groupe. L'entreprise possède une présence significative dans une vingtaine de pays, sur les marchés de la cosmétique, du textile-habillement et des produits d'embellissement de la maison. Yves Rocher est un Groupe intégré, qui se caractérise par la diversité et la complémentarité de ses modes de distribution : Vente A Distance (Par correspondance, Téléphone, Internet) ; Vente Par Magasins (plus de 2000 magasins dans le Monde, toutes marques confondues) ; Vente Directe.
Plus d'informations sur : www.groupe-yvesrocher.com


A propos de NEOFI Solutions :
NEOFI Solutions est un éditeur de logiciels qui aide les entreprises à réduire leurs coûts et être plus flexibles par l'optimisation de leurs flux d'informations financières.
NEOFI Solutions conçoit, développe et commercialise les logiciels NEOFI Exchange Hub et NEOFI Link pour l'intégration des applications informatiques des entreprises. Son offre NEOFI Banking de communication bancaire permet de gérer les échanges avec les partenaires bancaires.
Pour plus d'information sur NEOFI Solutions : www.neofi-solutions.com

lundi 7 octobre 2013

Un jeu sérieux pour appréhender le risque numérique

Source : Stratégies & Cultures numériques (05/10/2013)

Pour réduire les risques numériques en entreprise... un serious game !


On avait entendu dans le cadre des 13èmes Assises de la Sécurité des Systèmes d’Information « qu’aucun système d’information n’était désormais à l’abri d’une intrusion ! ».

Comment un serious game peut-il contribuer à réduire les risques numériques susceptibles d’affecter l’entreprise ? C’est ce qui a été expliqué lors d'une table ronde animée par le CIGREF et le Comité Richelieu, au dernier jour de ces Assises 2013.

Lire l'article dans Enreprises et cultures numériques



mercredi 2 octobre 2013

1er février 2014 : migration des moyens de paiement à SEPA. A 4 mois de la date limite, c'est le bon moment pour les TPE/PME pour se préparer.

Communiqué de presse (Fédération Bancaire Française, 01/10/2013)

A compter du 1er février 2014, tous les virements et les prélèvements effectués en France et en Europe doivent être aux normes SEPA, conformément à un règlement européen. Les TPE/PME doivent dès maintenant mettre en place les évolutions nécessaires, de façon à être prêtes dans quatre mois, soit 122 jours.

La première action consiste pour l'entreprise à contacter rapidement son prestataire informatique, son expert-comptable et son conseiller bancaire. La préparation engagée le plus rapidement possible doit permettre une migration dans de bonnes conditions, en se donnant le délai nécessaire aux indispensables phases de tests et en évitant les engorgements de prestataires en fin d'année.

Pour sa part, la FBF continue de se mobiliser dans toutes les régions pour informer les entreprises et leurs relais territoriaux (CCI, Chambres des métiers, fédérations patronales et professionnelles...). Depuis son lancement en avril, le site pédagogique dédié www.banques-sepa.fr a accueilli près de 20 000 visites, avec plus de 58 000 pages vues. Par ailleurs, une douzaine de réunions SEPA en région sont en cours d'organisation.

Ces actions collectives complètent la mobilisation individuelle des banques qui informent et accompagnent leurs clients sur la migration SEPA au travers de leurs contacts (courriers, plaquettes, réunions et rendez-vous clientèle ...).

Rappel :
SEPA (Single Euro Payments Area - Espace Unique de Paiements en Euros) vise à harmoniser les moyens de paiements utilisés par tous les acteurs économiques en Europe comme à l'intérieur des pays. Bruxelles a fixé le 1er février 2014, comme date limite pour le passage aux normes SEPA. A cette date, les entreprises comme les particuliers ne pourront plus utiliser que le virement et le prélèvement SEPA pour leurs opérations nationales et transfrontières.

Entrée en vigueur de la norme SEPA le 1er février 2014 : quid des solutions convertisseurs?

Source : DAFmag (30/09/2013)

Déployer SEPA en quatre mois sans risque, est-ce possible ? Oui, mais c'est une solution temporaire et qui requiert beaucoup de vigilance si elle doit s'appliquer aux prélèvements.

Déployer SEPA en quatre mois sans risquer le défaut de paiement et/ou la désorganisation de l'entreprise, est ce possible ? " Oui avec un important travail en amont ", estime Jean-François Marcel (Cegid). Selon l'expert, " pour circonscrire le sujet et le domaine d'intervention, une heure de formation en ligne pour les Daf et les Raf suffira". Il faudra, ensuite, se concentrer sur les conversions des RIB en IBAN. " C'est possible en PME où tout est plus rassemblé en SI et dans la mesure où plusieurs personnes ont un rôle transversal ", confirme José Teixiera (Sage), qui relève toutefois un premier risque : "Cela monopolise des ressources ". Jean-François Marcel en pointe un second : " Un tel projet requiert une vraie disponibilité des fournisseurs informatiques et s'il y a nécessité de changer le logiciel de comptabilité et/ou de trésorerie, l'embouteillage de fin d'année n'est pas à exclure. " " Une migration type "big bang" n'est pas possible : toutes les applications ERP, CRM, SIRH ne peuvent être converties en quelques jours ", juge pour sa part Pierre Mislin (Axway). Comment faire pour migrer, sans prendre de risque, ni passer à coté des opportunités qui lui sont liées ?

Plus que quatre mois : pensez convertisseur

(...)




Le déploiement SEPA permet une meilleure lecture de la balance âgée

Source : DAFmag (30/09/2013)
SEPA n'aura posé " aucune difficulté " selon Alexis Giry, le responsable administratif et financier d'A13, spécialiste du transport sanitaire, et aura même permis de changer quelques habitudes vieillissantes (...)



Messages les plus consultés