ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

mercredi 19 décembre 2012

Intérêt pour SEPA : le limousin s’en fout


Ou alors les habitants du limousin sont tous parfaitement informés !

Tendances des Recherches sur le Web : intérêt pour SEPA. France, De 2004 à ce jour.

Limousin - index de volume de recherche : 0

Retrouvez les résultats détaillés de Google trends sur http://blog.avizo.tm.fr/interet-pour-sepa-le-li...

lundi 17 décembre 2012

Le Comité national SEPA appelle l'ensemble des parties prenantes à intensifier leurs actions pour assurer une migration dans les temps

Source : Fédération Bancaire Française (FBF) (14/12/2012)

Le Comité national SEPA s'est réuni le 12 décembre 2012 en vue d'examiner l'état d'avancement de la migration à SEPA en France et d'identifier les leviers d'action à sa disposition pour accompagner les utilisateurs lors de leur passage aux moyens de paiement SEPA.


A 13 mois de la date butoir, la migration française vers les moyens de paiement SEPA doit s'accélérer.
Le Comité national SEPA s'inquiète de la faible montée en charge des moyens de paiement SEPA : la migration au virement SEPA a cessé de progresser depuis la fin du 1er semestre 2012 et peine à dépasser la barre des 30 % ; la migration au prélèvement SEPA n'est pas à ce jour engagée (flux inférieurs à 1 %). Le Comité national SEPA met en garde les futurs utilisateurs de ces moyens de paiement contre le risque opérationnel qu'implique une concentration des migrations sur la fin de l'année 2013.


Les efforts de communication du Comité national SEPA doivent être relayés par l'ensemble des partenaires des entreprises.
Le Comité national SEPA a continué son action d'accompagnement des acteurs en tenant 18 sessions d'information sur SEPA depuis le mois de juin. Ces sessions ont permis de sensibiliser l'ensemble des acteurs, notamment les entreprises, quant à leurs obligations découlant du règlement " end-date " et de les rapprocher de leurs interlocuteurs privilégiés que sont leurs banques, les associations professionnelles, les experts comptables ou encore les chambres de commerce. Ces interlocuteurs privilégiés doivent poursuivre cette information au plus près des entreprises afin d'assurer le succès de la migration française.


Le TIP et le télérèglement ont jusqu'au 1er février 2016 pour se conformer aux normes SEPA.
Une solution a été identifiée au sein du Comité national pour assurer la migration à terme du télérèglement à destination des entreprises aux normes SEPA. En ce qui concerne le TIP, les prestataires de services de paiement développent actuellement des moyens de paiement alternatifs basés sur de nouvelles technologies. En tout état de cause, une solution de remplacement du TIP sur la base d'un prélèvement SEPA existant et universel sera proposée selon des modalités qui seront précisées au cours des prochains mois.


Qu’est-ce que le projet SEPA ?
Le projet SEPA (Single Euro Payments Area - espace unique de paiement en euros) est un projet européen qui s'inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et billets en euros. L'ambition est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l'ensemble des pays européens. Grâce à ces nouveaux moyens de paiement européens, les consommateurs, les entreprises, les commerçants et les administrations peuvent effectuer des paiements dans les mêmes conditions partout dans l'espace européen, aussi facilement que dans leur pays.

Quel calendrier de mise en œuvre ?
Conformément au règlement (UE) n° 260/2012, le virement SEPA et le prélèvement SEPA remplaceront leurs équivalents nationaux au plus tard le 1er février 2014. Les produits de niche que sont le TIP et le télérèglement auront jusqu'au 1er février 2016 pour se conformer aux normes SEPA.

Quel est le rôle du Comité national SEPA ?
Le Comité national SEPA coordonne la mise en oeuvre des moyens de paiement européens en France. Il regroupe des représentants de l'ensemble des acteurs concernés : banques, administrations, entreprises, commerçants et consommateurs, ainsi que des parlementaires, et des représentants du Conseil économique et social et de l'Association des maires de France.



Le comité national SEPA s'inquiète de la migration de la future norme de paiements

Source : cBanque, AFP (14/12/2012)

La migration vers la future norme de paiements unique en euros (dite SEPA) doit s'accélérer en France, prévient vendredi le Comité national SEPA chargé de la superviser, à 13 mois de son entrée en vigueur (...)

Lire le communiqué sur le site cBanque


jeudi 6 décembre 2012

Les entreprises tardent à adopter le prélèvement européen

Source : Les Echos (05/12/2012)

Le 1er février 2014, tous les virements et prélèvements dans la zone euro devront adopter un standard unique. Seules 30 % des entreprises européennes sont prêtes.


Le compte à rebours est lancé. Dans 422 jours, le 1er février 2014, tous les virements et les prélèvements intervenant dans les 17 pays de la zone euro devront avoir basculé dans un standard commun afin de donner corps à l'espace unique des paiements européens ou Sepa (pour Single european payment area). L'objectif est de permettre à cette date aux entreprises de la zone euro - puis à partir du 31 octobre 2016 à celles de 11 autres pays européens - d'opérer des virements et des prélèvements dans les mêmes conditions. Par conséquent, il ne sera plus possible de faire des virements ou des prélèvements dans les formats nationaux actuels.

Risque d'un retour aux chèques
(...)

Lire l'article dans Les Echos

mercredi 5 décembre 2012

A presque un an de la date butoir, moins d’1/3 des entreprises européennes ont migré ou sont en cours de migration vers les prélèvements SEPA

Communiqué de presse

04 déc 2012
Une étude de Steria et Edgar, Dunn & Company (EDC) révèle qu’une entreprise européenne sur cinq (21 %) ignore encore les obligations liées aux prélèvements SEPA. Si plus de la moitié voient dans SEPA l’occasion d’optimiser leurs systèmes, moins d’un tiers seulement des entreprises ont déjà migré ou sont en cours de migration. Il semble donc que les entreprises européennes passent à côté des avantages promis. 

Un rapport de Steria, leader des services informatiques aux entreprises et aux administrations, révèle qu’une entreprise européenne sur cinq (21 %) émettant des prélèvements, ignore encore les caractéristiques des prélèvements SEPA (Single Euro Payments Area) et que beaucoup passent à côté des avantages de la migration. Cette étude, préparée en collaboration avec le cabinet international de conseil en stratégie Edgar, Dunn & Company (EDC), s’appuie sur une vaste enquête réalisée par l'institut de sondages CSA auprès de 300 entreprises de 250 à 5 000 employés en France, en Allemagne et au Royaume-Uni.

La grande majorité des entreprises de l’UE est concernée par SEPA, puisque toutes celles ayant recours aux transferts bancaires ou aux prélèvements en euros doivent migrer d’ici à février 2014. Pourtant, seul un tiers d’entre elles (31 %) a migré ou est en train de migrer vers la norme SEPA (42 % en Allemagne, 35 % en France et 3 % seulement au Royaume-Uni). 30 % des entreprises françaises et allemandes et plus de 60 % au Royaume-Uni n’ont pas encore entamé leur migration vers SEPA et le reste des entreprises sont seulement en cours d’évaluation du projet.

Malgré ce constat, plus de la moitié des entreprises européennes (54 %) reconnaissent que l’initiative sera bénéfique pour elles. SEPA est en effet une opportunité pour elles de se préparer aux défis futurs en repensant les systèmes et processus de gestion de cash pour mettre au jour des synergies entre leurs différentes business units; un avantage de taille dans la conjoncture économique actuelle. Mais pour profiter pleinement de ces avantages, les entreprises doivent absolument se préparer à réussir leur migration.

L’étude montre qu’un quart des entreprises européennes envisagent de solliciter des partenaires extérieurs pour les aider dans leur procédure de migration. On comprend, effectivement, que les moins préparées puissent être effrayées par l’ampleur de la tâche alors que le compte à rebours est bien entamé.

Jean-François Mansart, Responsable de la division Advanced Payments Groupe, explique : « Les entreprises qui ne voient dans SEPA qu’une contrainte de plus se trompent. Les plus visionnaires vont saisir l’occasion que SEPA leur offre d’optimiser leurs processus et systèmes de gestion de la trésorerie et de réduire leur exposition aux risques de fraudes et d’impayés. Mais elles doivent s’accorder des délais de planification suffisants pour éviter des erreurs potentiellement dommageables et s’assurer que les avantages compensent les coûts de migration. » 

 Pour accéder à l’Executive Summary du rapport, cliquez ici: www.steria.com/fr/rapportSEPA

mardi 4 décembre 2012

[video] SWIFTRef : Vidéo de présentation


Durée : 2'48" Langue : Anglais

lundi 3 décembre 2012

Mobilisation générale sur le Sepa

Source : L'AGEFI (15/11/2012)

Face au retard de nombre d'entreprises pour s'y préparer, banques et éditeurs multiplient les offres de services.

Les entreprises vont se retrouver en retard sur le Sepa, et l'on dira évidemment que la faute en revient aux banques ! », soupire un banquier. Virements et prélèvements devront, à partir du 1erfévrier 2014, s'effectuer selon les standards de l'Espace unique des paiements européens (Sepa) et les anciens processus ne seront plus acceptés. Or cette date butoir n'ayant été fixée qu'au printemps dernier, les sociétés, notamment petites et moyennes, commencent tout juste à s'y préparer et risquent d'être prises de court (L'Agefi Hebdo du 11 octobre). « Le délai de 14 mois restant avant la fin d'utilisation des virements et prélèvements nationaux constitue un véritable défi pour les entreprises puisque l'intégration d'un progiciel requiert généralement davantage de temps, sans compter les indisponibilités liées au gel informatique et 'closing' de fin d'année », indique Guillaume Petipas, responsable des offres cash management chez Capgemini (...)



SEPA : Nouvelle version des rulebooks SCT et SDD

Source : European Payments Council (EPC)

L'European Payments Council (EPC) vient de publier la version des rulebooks SEPA (Single Euro Payments Area) et les implementation guidelines associés qui entreront en vigueur le 1er février 2014, soit à la fin de la période transitoire entre les instruments de paiement nationaux actuels et les virements et prélèvements européens communs, respectivement SEPA Credit Transfer (SCT) et SEPA Direct Debit (SDD).

SEPA Credit Transfer 

  • Rulebook Version 7.0 et Implementation Guidelines

SEPA Direct Debit (SDD) Core 

  • Rulebook Version 7.0 et Implementation Guidelines

SDD Business to Business (B2B)

  • Rulebook Version 5.0 et Implementation Guidelines

dimanche 2 décembre 2012

Société Générale lance Sogecash International SFTP

Communiqué de presse

Paris, 28 novembre 2012

Société Générale vient de mettre à disposition de ses clients entreprises le service de télétransmission Sogecash International SFTP, la solution « host to host » la plus sécurisée d'échange d'informations banque-entreprise, pour leurs envois d’ordres de paiements et encaissements.
Ce service s'adresse aux entreprises ayant besoin d'échanger partout dans le monde et en toute sécurité de forts volumes de fichiers, pour émettre leurs ordres de paiements et d'encaissements ou recevoir leurs relevés de compte.
Cette solution « host to host » vient compléter l’offre Sogecash International FTP en proposant un degré de sécurité supérieur grâce au chiffrement des échanges et l’offre Sogecash SWIFTNet, réservée aux échanges banques-entreprises.
En combinant l’utilisation d’internet et d’un protocole sécurisé, les entreprises font le choix de la triple sécurité :
  • -  l’authentification forte - en opposition à la saisie d’un simple identifiant et mot de passe - se fait par le biais d’une clé d’authentification : seule Société Générale peut déchiffrer les fichiers d’ordres de paiements ou encaissements,
  • -  l’intégrité des données est vérifiée au moyen d’un sceau électronique (hash),
  • -  la non-répudiation des ordres est assurée par la signature électronique, grâce au certificat proposé sur clés USB : 3SKey, le standard « SWIFT Secure Signature Key » proposé par SWIFT ou le certificat multifonction proposé par SG Trust Services, permettant aussi de signer certaines télé 
    déclarations fiscales ou sociales. 
    La variété des choix proposés rend l’offre Sogecash International SFTP particulièrement souple : 
  • -  l’entreprise peut choisir les types d’opérations qu’elle souhaite envoyer via ce canal (virements de trésorerie, virements internationaux, virements européens, prélèvements européens, LCR/BOR, BAP...),
  • -  elle peut utiliser le(s) format(s) qu’elle préfère, en fonction, notamment, des pays concernés (SWIFT, XML ISO 20022...),
  • -  elle peut opter pour un mode de signature différent suivant les natures de flux qu’elle transmet,
  • -  les fichiers volumineux peuvent être envoyés à partir de différentes sociétés/établissements ou de différents pays. 


Sogecash International SFTP permet de traiter tous les ordres transmis en formats français et internationaux.


Société Générale

Société Générale est l’un des tout premiers groupes européens de services financiers. S’appuyant sur un modèle diversifié de banque universelle, le Groupe allie solidité financière et stratégie de croissance durable avec l’ambition d’être la banque relationnelle, référence sur ses marchés, proche de ses clients, choisie pour la qualité et l’engagement de ses équipes.
Près de 160 000 collaborateurs, présents dans 77 pays, accompagnent au quotidien 33 millions de clients dans le monde entier. Les équipes Société Générale proposent conseils et services aux particuliers, aux entreprises et aux institutionnels dans trois principaux métiers :
La banque de détail en France avec les enseignes Société Générale, Crédit du Nord et Boursorama ;
La banque de détail à l’international présente en Europe centrale et orientale, en Russie, dans le Bassin méditerranéen, en
Afrique subsaharienne, en Asie et en Outre-Mer ;
La Banque de Financement et d’Investissement avec son expertise globale en banque d’investissement, financements et
activités de marché.
Société Générale est également un acteur significatif dans les métiers de Services Financiers Spécialisés, d’Assurances, de Banque Privée, de Gestion d’Actifs et des Services aux Investisseurs.
Société Générale figure dans les indices de développement durable FSE4Good et ASPI.
Pour plus d’information, vous pouvez suivre le compte twitter @societegenerale ou visiter le site
www.societegenerale.com

Global Transaction Banking

Global Transaction Banking (GTB) intègre au sein du groupe Société Générale les activités de cash management, de banques correspondantes, de financement du commerce international, d’affacturage et des services de change associés. Ces différentes expertises sont proposées aux institutions financières et aux entreprises notamment aux entreprises multinationales, aux grandes et moyennes entreprises ayant une activité à l’international.
Actives dans plus de 50 pays à travers le monde, les équipes de GTB proposent des solutions domestiques et internationales sur mesure et sécurisées pour optimiser et maitriser la gestion au quotidien des transactions financières et opérations commerciales.
Le savoir-faire de ses équipes est régulièrement récompensé : en 2011 GTB a été élu pour la 3ième année consécutive « Meilleure Banque d’Europe de l’Est en Cash Management » dans la catégorie « banques » et « cash management » des Prix de l’Innovation et de l’Excellence (TMI Magazine), 1ere banque de Trade en France et 8ième mondiale (Source Swift), « Meilleur Service Client en Europe » (Euromoney FX 2011).
page2image10456

Messages les plus consultés