ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

lundi 30 avril 2012

ETEBAC/X25 : Échéance du 01 juillet 2012

Source : CFONB

Si vous échangez des informations sous forme de fichiers avec votre banque, cette communication vous concerne.

En janvier 2010, Orange Business Services a communiqué à ses clients et à la presse les dates principales de son programme de fermeture de l’offre de services X25.

Cette offre est fermée commercialement depuis le 31 juillet 2010. L’arrêt définitif, programmé au 30 septembre 2011 a été exceptionnellement reporté par l’opérateur au 30 juin 2012 afin de permettre la migration de tous ses utilisateurs.

Pour les échanges télématiques avec les banques, le protocole de communication ETEBAC (Echanges TElématiques BAnques Clients) est spécifiquement lié à ce réseau X25. La fermeture du réseau X25 entraîne aussi l’arrêt du protocole que ce soit via des passerelles sur le réseau téléphonique analogique (RTC), par modem X25, ou par Numéris ISDN.

Si vous n’avez pas encore opté pour les solutions de remplacement « Internet » proposées par les banques (EBICS, SWIFTNet, …), vous êtes peut être encore directement ou indirectement utilisateur du réseau X25.

Ces échanges télématiques permettent la relation entre une entreprise et sa ou ses banques :
  • dans le sens « entreprise » vers « banque », ils permettent d’assurer les fonctions essentielles comme le règlement des fournisseurs, des salaires et des virements de trésorerie, l’encaissement des clients, prélèvements ou LCR-BOR,
  • dans le sens « banque » vers « entreprise», ils permettent, après authentification du client par la banque de récupérer des fichiers d’extraits de compte, d’avis d’opération etc., avec un niveau d’automatisation possible.
Les échanges entre les entreprises et les banques se font désormais via le réseau de transport Internet avec utilisation de protocoles d’échanges qui pourront également supporter les nouveaux formats SEPA bientôt obligatoires.

Les banques ont proposé des solutions de remplacement : EBICS, SWIFTNet … La migration des entreprises vers ces solutions est bien engagée (>90% à ce jour), mais il devient maintenant urgent pour les entreprises qui n’ont pas encore migré de le faire rapidement.

A compter du 1er juillet 2012, Orange Business Services débutera le démontage du réseau, opération complexe qui se déroulera sur plusieurs semaines. Concrètement, à cette date, il n’y aura plus d’engagement de service, c'est-à-dire qu’il n’y aura plus d’engagement de rétablissement du service. La réparation des pannes ne sera pas assurée.

C’est pourquoi il est important que toutes les entreprises qui n’ont pas encore migré soient mobilisées. Le risque de ne pas le faire peut avoir des conséquences importantes. En l’absence d’évolution, l’entreprise sera dans l’obligation d’avoir recours à des modes de fonctionnement dégradés qui auront inévitablement un impact sur son fonctionnement.

Nous invitons les entreprises concernées à se rapprocher très rapidement de leur(s) banque(s), leur opérateur et leur éditeur de logiciel pour analyser avec eux les solutions alternatives à ETEBAC disponibles, et mettre en oeuvre leur projet de migration.

Ce changement nécessite l’appui de votre éditeur de logiciel, la signature d’un nouveau contrat avec chacune de vos banques en gardant les mêmes types de flux et l’installation d’une nouvelle solution. Ainsi, le démarrage de la nouvelle solution pourra se dérouler en parallèle du dispositif actuel ETEBAC sur un mode sécurisé.

Télécharger le document sur le site du CFONB

mercredi 25 avril 2012

Rapport sur l'avenir des moyens de paiement : les banques prennent acte, n’ont pas exprimé de demande particulière et misent comme toujours sur les moyens de paiement de l'avenir


Communiqué de presse
25 avril 2012


La Fédération Bancaire française (FBF) a pris acte du rapport de MM Georges Pauget et Emmanuel Constans sur l'avenir des moyens de paiement dont elles vont examiner les propositions dans le détail. Elle a été auditionnée par les auteurs du rapport au même titre que l'ensemble des acteurs économiques concernés.
Les Français sont habitués à des moyens de paiement efficaces et sûrs. Historiquement, la France a toujours été pionnière dans ce domaine, marqué par le développement permanent des nouvelles technologies et l'exigence forte des banques françaises en termes de qualité et de sécurité.

Dans ce contexte, le rapport note la diminution progressive et inéluctable du chèque et propose d'accélérer ce mouvement, au profit de moyens de paiement plus modernes, notamment la carte, tout en précisant que "la disparition du chèque ne saurait être à l'ordre du jour".

De leur côté, les banques françaises ne demandent pas la disparition du chèque mais entendent investir, comme elles l'ont toujours fait, dans le développement des moyens de paiement les plus innovants au service des Français.

La carte bancaire est aujourd'hui le moyen de paiement privilégié des Français : en France elle représente plus de 43 % du nombre des opérations de paiement contre 18% pour le chèque. Les principaux autres pays de la zone euro ont d'ores et déjà pratiquement abandonné le chèque au profit exclusif de moyens de paiement modernes, sûrs et plus pratiques.

mardi 24 avril 2012

La carte bancaire européenne unifiée est enterrée

Source : Le Figaro (23/04/2012)


Les banques et Bruxelles n'ont pas trouvé d'accord sur le projet qui aurait créé un concurrent à Visa et à Mastercard. 

Revers pour le projet d'unification des moyens de paiement en Europe. Les vingt-quatre grandes banques, issues de huit pays, qui planchaient sur la constitution d'une carte de paiement européenne homogène ont annoncé lundi qu'elles jetaient l'éponge. Cette carte unifiée pour tous les pays européens, d'initiative franco-allemande, avait pour ambition de concurrencer les réseaux Visa ou Mastercard. Sa mise en orbite supposait «une centaine de millions d'euros d'investissement», selon le président du projet, baptisé Monnet, Georges Pauget (...)

Lire l'article dans Le Figaro


jeudi 19 avril 2012

La Banque de France et la CDC créent un GIE dédié aux moyens de paiement

Source : AFP, Romandie (19/04/2012)
PARIS - La Banque de France et la Caisse des dépôts (CDC) vont créer un groupement d'intérêt économique (GIE) dédié aux échanges de moyens de paiement de détail des deux établissements, selon un communiqué conjoint publié jeudi.

L'activité d'échange comprend les relevés d'opérations transmis par les clients de chaque établissement, leur contrôle, leur comptabilisation et leur envoi vers les systèmes interbancaires qui les transmettent ensuite à l'ensemble des banques (...)

Lire l'information dans www.romandie.com

lundi 16 avril 2012

SEPA, l’échéance 2014 approche : êtes-vous prêts ?

Source : Mathias Bonnard, Axway, Le Cercle Les Échos (21/03/2012)

Ces dernières années, les besoins en termes d’architectures de paiement ont sensiblement évolué.

Cela se traduisant notamment par la déréglementation du marché, la suppression de certains réseaux et protocoles existants ; tels que FTAM en Allemagne et ETEBAC en France, l’émergence de nouveaux protocoles de communication tels qu’EBICS et la mise en place d’un espace unique de paiement en euros, le SEPA (Single Euro Payment Area). Pour permettre aux entreprises de réduire considérablement leurs coûts de mise en œuvre et aux banques et institutions financières de maintenir, voire d’accroître leurs parts de marché, les infrastructures de paiement doivent évoluer en réponse à ces nouveaux défis/enjeux. Une des principales conséquences de ces changements pour tous ces acteurs réside dans la nécessité de mettre en place une plate-forme de flux de paiement centralisée. Ces plates-formes ne sont pas destinées à remplacer les moteurs de paiement ou les applications de trésorerie existantes, mais doivent davantage les compléter en offrant la souplesse nécessaire pour répondre aux besoins du marché en constante évolution (...)

Lire l'article dans Le Cercle Les Échos

mardi 10 avril 2012

Observatoire SEPA : les banques s'attendent à une migration en masse en 2013

Source : bfinance (05/04/2012)

La publication le 30 mars au Journal Officiel de la Communauté Européenne (JOCE) du « règlement établissant des exigences techniques et commerciales pour les virements et les prélèvements en euro » a fixé un calendrier précis pour la migration au SEPA auquel devront se conformer les entreprises et les banques. Au 1er février 2014, l’ensemble des émetteurs de virements et de prélèvements dans la zone euro devront avoir abandonné les versions domestiques de ces moyens de paiement au profit de leurs équivalents européens, le SCT et le SDD. Au vu de la réalité des taux de migration au SEPA, une véritable course contre la montre promet de s’engager au sein des entreprises pour respecter cette échéance (...)

Lire l'article dans bfinance

Le DAF face à la gestion de son Système d’Informations : je t’aime moi non plus

Source : Christophe de Brébisson – RSM DBA Groupe - Bird - Finyear (10/04/2012)

Le DAF et la migration du système d’informations : entre appréhension et maîtrise du sujet.

Depuis maintenant près de 20 ans, toutes les entreprises de l’hexagone se sont équipées et ont renouvelé au moins 1 fois leur équipement en matière d’informatique de gestion. Le DAF, consommateur patenté de données (donc de solutions de gestion) n’échappe pas à la règle. Il est même l’un des interlocuteurs de l’entreprise les plus sollicités (avec ou derrière le DSI). Il suffit de l’écouter compter ses succès… Et ses déboires en termes de migration de système d’informations pour s’en convaincre ! Et pourtant, cette maturité incontestable du marché acquise au fil de ces 2 dernières décennies ne semble pas contribuer à rendre le Directeur Financier plus serein lorsque se dessine à l’horizon la perspective d’une… migration (...)

Lire l'article dans Finyear

dimanche 8 avril 2012

Microsoft cessera dans deux ans le support de Windows XP SP3 et Office 2003

Le 8 avril 2014 Microsoft cessera le support de Windows XP SP3 et Office 2003, ce qui laisse aux DSI deux ans pour achever la migration de leurs parcs encore conséquents.

Voir http://www.microsoft.com/en-us/windows/endofsupport.aspx?WT.mc_id=MSCOM_EN_US_DLN_NEWS_123LMUS014562

mardi 3 avril 2012

Les commissions interbancaires sur prélèvements à l'épreuve du SEPA

Source : Virginie LABOUYRIE, BeSyti (30/03/2012)


Les MIF, longtemps décriées par les entreprises et la Commission Européenne, sont vouées à disparaître avec l'avènement du SDD. Un nouveau modèle économique est à définir entre les banques et les entreprises de la zone SEPA.

Les commissions interbancaires sur prélèvements, aussi appelées MIF (Multilateral Interchange Fees) rémunèrent les prélèvements transmis d’une banque à une autre. Prenez par exemple le cas d’un consommateur qui paye sa facture de gaz ou de téléphone par prélèvement bancaire, sa banque (banque du débiteur) reçoit une commission de celle du commerçant (banque du créancier).

Selon le secteur bancaire, ces commissions n’ont pour but que de sécuriser le prélèvement interbancaire en rémunérant la banque du débiteur, en charge du contrôle de l’autorisation de prélèvement. Actuellement les commissions d’interchange en vigueur sur les prélèvements domestiques sont en France de 12,2 centimes et chaque SDD transfrontalier fait l’objet d’un interchange de 8,8 centimes. Les communautés bancaires de cinq autres États membres – Espagne, Suède, Belgique, Portugal et Italie – ont aussi convenu que les banques du bénéficiaire d’un prélèvement devaient (...)

Lire l'article dans BeSyti : http://www.besyti.com/fr/les-commissions-interbancaires-sur-prelevements


Prélèvement SEPA - SDD : Quid de la "reachability" ?

Source : Catherine GONDELMANN BREDIN, Blog SEPA Explain (02/04/2012) Retour d’expérience en Belgique Les premiers enseignements dont nous ont fait part nos amis belges (atelier Universwiftnet ING / migration Electrabel) concernent la « reachability » ou la capacité des banques de débiteurs à être atteignables. C’est-à-dire pour le prélèvement SEPA qu’une banque de débiteur peut recevoir des opérations aux standard SEPA, les traiter et émettre si nécessaire des Rejets (avant règlement) ou des Retours (après règlement), les fameux messages appelés « R ». Parmi les banques installées en Belgique, 99% sont aujourd’hui en capacité de recevoir du SDD Core comme doivent l’être toutes les banques de la zone euro depuis le 1er novembre 2010 d’après le règlement (...) Lire l'article dans le blog SEPA Explain

lundi 2 avril 2012

L’exigence de mise en conformité SEPA

Source : CFO-News (02/04/2012)

La date d’échéance de SEPA vient d’être votée et fixe au 1er Février 2014 l’arrêt des virements et prélèvements nationaux. Les entreprises et les institutions financières doivent donc s’adapter afin de respecter avant cette échéance, l’exigence de mise en conformité SEPA (...)

Panorabanques.com, comparateur de banques

Communiqué de presse

Paris, 19 mars 2012

Panorabanques.com
Enfin un comparateur de banques pour y voir vraiment plus clair !

Panorabanques.com est le premier site dédié à la mobilité bancaire pour enfin clarifier la relation des Français avec leurs banques. Les particuliers y trouvent la banque qui leur convient et peuvent facilement réaliser des économies.

En France, la mobilité bancaire progresse mais elle est encore faible. Chaque année, 18% des 50 millions de détenteurs de compte déclarent vouloir changer de banque (Sondage IFOP pour la FBF juin 2011) mais moins de la moitié d’entre eux passent à l’acte.

Panorabanques.com permet à l’internaute de s’informer, de comparer sa banque aux autres et d’ouvrir facilement un compte dans la banque qui lui convient.

S’informer avec panorabanques.com :

Dans une interface claire et organisée, panorabanques.com offre à l’internaute un contenu original et des services exclusifs:
- Des informations exhaustives et actualisées sur les tarifs (à la carte, tarifs jeunes, packages, promotions, offres de bienvenue…) et les services (horaires, mode de contact, conseiller personnel, services sur mobile...),
- 140 banques (banques de réseau, en ligne et multi-canal) sont présentées,
- La géolocalisation des 40.000 agences permet de trouver son agence de proximité,
- La notation des banques par leurs clients apparaitra sur le site en avril 2012,
- Un contenu éditorial riche sur l’univers de la banque (lexique, conseils, actualités).

Comparer avec panorabanques.com :

Panorabanques.com permet de comparer sa banque aux autres grâce à un classement personnalisé basé tant sur la compétitivité des tarifs (jusqu’à 250-300€ d’économie par an) que sur l’adéquation entre les services proposés et les besoins exprimés :
- Un questionnaire rapide (30 secondes) permet de mesurer les enjeux d’économie,
- Un questionnaire détaillé (moins de 3 minutes) donne des résultats plus précis.

Le tableau de résultats est une mine d’informations pour l’utilisateur qui peut mesurer les performances des banques et effectuer des tris pour privilégier les tarifs, la proximité ou l’étendue des services.

La comparaison est objective et non intrusive:
- L’algorithme du simulateur interactif a été confié à un spécialiste indépendant,
- L’internaute ne fournit que les informations strictement nécessaires.

Ouvrir un compte avec panorabanques.com :

Une fois que l’internaute a trouvé la banque qui lui convient en termes de tarifs et de proximité, panorabanques.com optimise le service :

- Ouverture de compte express : l’internaute peut ouvrir son compte dans une banque en ligne entièrement en ligne et en quelques minutes, sans aucun échange de papier, grâce à son partenariat exclusif avec Quicksign.
- Redirection vers la page la plus pertinente du site internet de la banque choisie.

Panorabanques.com travaille avec plusieurs banques de réseau à l’organisation de la prise de rendez-vous en agence (2ème trim 2012).

A propos de Panorabanques.com
Panorabanques.com est édité par une société totalement indépendante du secteur bancaire et financier, créée par Guillaume Clavel et ses deux associés Thibaut Ravisé et Benoit Lassara,
Panorabanques.com se rémunère en apportant des clients et des prospects aux banques partenaires et s’interdit toute forme de publicité sur son site.
Le site a été développé avec Plan Net.


http://www.panorabanques.com

Messages les plus consultés