ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

lundi 26 mars 2012

Convertisseurs SEPA : pour échelonner le budget migration

Source : www.sage.fr (23/03/2012)

Les dernières actualités du calendrier SEPA précisent les échéances de migration d’un projet qui implique d’importants changements impactant le système d’information des entreprises : évolution des formats CFONB vers des formats XML pour les virements et les prélèvements ; adaptation des règles métier ; gestion des codes BIC et IBAN…
Face au coût que représente cette évolution de comptabilité et de gestion commerciale, opter pour un système de convertisseurs, c’est faire le choix d’une transition en douceur. En effet, les convertisseurs évitent le lancement dans l’urgence du projet de migration. Ils permettent ainsi d’échelonner budgétairement et de planifier la migration par lots. Associés à des stations de paiements, les convertisseurs offrent également la possibilité d’assurer directement des paiements au format SCT (...)



jeudi 22 mars 2012

SEPA, l’échéance 2014 approche : êtes-vous prêts ?

Source : Mathias Bonnard, Le Cercle les Échos (21/03/2012)

Ces dernières années, les besoins en termes d’architectures de paiement ont sensiblement évolué.

Cela se traduisant notamment par la déréglementation du marché, la suppression de certains réseaux et protocoles existants ; tels que FTAM en Allemagne et ETEBAC en France, l’émergence de nouveaux protocoles de communication tels qu’EBICS et la mise en place d’un espace unique de paiement en euros, le SEPA (...)

Lire l'article dans Le Cercle Les Echos

mercredi 21 mars 2012

La fin d'Etebac ouvre une nouvelle ère

Source : Alexandra Oubrier, L'AGEFI (16/02/2012)
Merci à Eric DESQUATREVAUX pour l'information


Les nouvelles messageries banques-entreprises adoptées, les discussions entre les partenaires vont porter sur la préparation plus active au Sepa.

La migration Etebac est presque terminée. Une grande majorité des 90.000 entreprises concernées se sont mises en situation de communiquer avec leurs banques grâce à de nouveaux protocoles, Ebics ou SwiftNet. Quelques PME, autour de 10 % des clients des banques, doivent encore « basculer » d'ici à juin 2012 et devraient bénéficier d'un accompagnement particulier de la part des établissements bancaires et des prestataires informatiques. A l'origine de ce mouvement de masse, la fermeture du réseau X25 vieux de 33 ans décidée par Orange pour fin septembre 2011, puis reportée au mois de juin prochain. A la place, banques et entreprises doivent passer sous IP (internet protocol), abandonner Etebac, un protocole de communication spécifique, et choisir entre Ebics et SwiftNet, langages recommandés par le CFONB (Comité français d'organisation et de normalisation bancaires) et compatibles avec internet. Si Orange Business Services a informé tous ses clients depuis longtemps, les banques et les SSII (sociétés de services en ingénierie informatique) les ont accompagnés étroitement : les conseillers de clientèle et les back-offices bancaires ont été mobilisés de longue date. « Le réseau commercial a été associé à la migration afin de répondre aux interrogations des entreprises, et l'organisation des back-offices a été renforcée pour traiter les demandes », souligne Eric Flour, directeur marketing cash management de Société Générale. Idem à la Bred : « Le Groupe Appui Flux (Graf) en charge du projet de migration a formé les collaborateurs, défini les offres produits et contrats associés et organisé la migration des clients avec SVP Flux, un service spécifique dédié à la clientèle entreprises », énumère Patrick Barbier, responsable du Graf de la Bred Banque Populaire. « Chez LCL, il reste autour de 5 % de nos clients à faire migrer, ils bénéficieront d'un accompagnement individualisé afin de basculer au plus vite vers les nouveaux protocoles », note Christian Le Gouanvic, directeur commercial et marketing de la banque des flux LCL (...)

Lire la suite dans L'AGEFI

mardi 20 mars 2012

Le règlement de date butoir de la migration SEPA requiert une action immédiate

Communiqué de presse 
Le deuxième livre blanc de SWIFT sur le SEPA
propose des actions concrètes afin d’établir un plan de migration


Bruxelles, 20 Mars 2012 – SWIFT, fournisseur mondial de services de messagerie financière sécurisée partagés par plus de 10 000 entreprises et institutions financiers à travers 210 pays, publie ce jour un livre blanc proposant un plan d’action détaillé permettant d’accomplir la migration vers le SEPA tout en respectant le calendrier ambitieux désormais fixé par la directive de la date butoir du SEPA.
 
L’adoption du règlement « end date »  portant sur la date butoir de la migration SEPA adoptée par le Parlement Européen fixe la date de migration au 1er février 2014 pour les virements SEPA (SCT) et prélèvements SEPA (SDD) en euros.
 
Comme précisé dans le livre blanc SWIFT, maintenant que la date butoir de la migration des instruments de paiement vers le SEPA est fixée, celle-ci doit devenir une priorité aussi bien pour les banques que pour les entreprises. Passer à une utilisation complète des virements et prélèvements SEPA en 24 mois est un défi ambitieux pour toutes les institutions financières. Même celles qui ont établi un plan d’action complet pour la migration et qui sont totalement opérationnelles devront affiner et redimensionner leur processus et applications afin qu’ils répondent à leurs besoins.
 
Le nouveau livre blanc SWIFT propose une série d’étapes préparatoires à prendre en compte lors de l’élaboration d’un  plan de migration SEPA.
 
Quelques exemples :
 
-        Débuter en répertoriant tous les instruments de paiement compensés par canal de diffusion et par type de transaction
-        Créer une « check-list SEPA » détaillant les éléments indispensables à votre migration vers le SEPA
-        Identifier la valeur ajoutée pour votre organisation à migrer vers le SEPA : est-ce en ligne avec votre stratégie globale de compensation ?
-        Sélectionner le fournisseur de messagerie le plus adapté à vos besoins

 
« Le temps est venu de prendre des mesures concrètes afin d’atteindre la conformité SEPA » explique Marc Pomes Bordedebat, EMEA Senior Market Manager Payments chez SWIFT. « SWIFT peut aider les acteurs du secteur bancaire à analyser leur trafic de transactions sur l’ensemble de leurs canaux de communication bancaire afin d’identifier leurs besoins techniques et le délai de migration. Sur cette base, nous pouvons ensuite les aider à établir une feuille de route pour la migration, leur recommander des priorités et les aider à repenser leur stratégie de compensation ».
 
 
Pour des informations complémentaires :
Le Livre Blanc de SWIFT est disponible en téléchargement sur  swift.com
 
.................................................................................................................................
À propos de SWIFT
SWIFT est une société coopérative qui permet aux membres de son réseau d’échanger des informations financières standardisées et automatiques de manière sure et fiable, et, dès lors, de réduire les coûts, de limiter les risques opérationnels et de supprimer des processus opérationnels inefficaces. Plus de 10 000 organismes bancaires, établissements financiers, institutions et entreprises dans 210 pays bénéficient des produits et services et de l’expertise de SWIFT et de sa plateforme de communication sécurisée unique au monde. SWIFT assure l'échange sécurisé de données propriétaires en garantissant confidentialité et intégrité. SWIFT facilite également le rapprochement des acteurs de la communauté financière pour élaborer ensemble des pratiques de marché, définir des standards et envisager des solutions aux questions d’intérêt commun. En utilisant SWIFT, les clients peuvent générer de nouvelles possibilités d'affaires et un nouveau flux de revenus. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur swift.com.

Interview de Jean-Marie SIMON, Directeur de CEGEDIM GLOBAL PAYMENTS

Source : CFO-News (16/03/2012)

Cegedim e-business, annonce que Cegedim Global Payments est en mesure d'aider les entreprises à faire face à la migration vers SEPA (Single Euro Payment Area), nouveau système de paiement européen qui remplacera le prélèvement national au 1er février 2014. Ayant anticipé ce court délai, Cegedim Global Payments, avec sa suite logicielle MA€A et son centre de services, répond à toutes les contraintes SEPA sans impact majeur sur les systèmes et procédures existants (...)

Lire l'interview dans CFO-News

jeudi 15 mars 2012

Cegedim facilite la migration des entreprises vers le prélèvement SEPA

Communiqué de presse

Paris, le 12 mars 2012 – Cegedim e-business, spécialiste de la dématérialisation, accompagne également les entreprises dans leurs projets de migration vers le prélèvement SEPA, nouveau moyen de paiement paneuropéen qui va remplacer le prélèvement national.

SEPA, pour harmoniser et uniformiser les moyens de paiement

Après l’adoption de la Directive sur les Systèmes de Paiement (DSP), l’Europe fait un nouveau pas vers l’intégration et l’harmonisation des moyens de paiement en Euro avec la première étape de mise en œuvre de SEPA (Single Euro Payment Area).

Avec ce nouveau moyen de paiement, les entreprises peuvent émettre des prélèvements vers leurs clients domiciliés dans n’importe quelle banque en Europe et ce, dans les mêmes conditions (réglementaires et économiques) que si ceux-ci étaient domiciliés dans le même pays.

La mise en place du prélèvement SEPA entraîne la prise en compte par les émetteurs de prélèvements de nouvelles règles, en particulier liées à la gestion et dématérialisation des nouvelles autorisations de prélèvements SEPA appelées Mandats.

Le prélèvement est aujourd’hui le deuxième instrument de paiement en Europe, (après les cartes bancaires), avec 20 milliards de transactions en 2010, dont 3,4 milliards en France.
Dans le but d’accélérer la mise en œuvre de SEPA, le Parlement européen vient de fixer la date de fin de migration aux moyens de paiement européens au 1er février 2014. Cette annonce contraint les émetteurs de prélèvements à accélérer les adaptations de leur système d’information pour prendre en compte ces nouvelles règles.

Cegedim Global Payments facilite et optimise la migration vers le prélèvement SEPA

Cegedim avait anticipé ce court délai de mise en œuvre en créant Cegedim Global Payments, et sa suite logicielle innovante MA€A, conforme aux exigences définies par le Conseil Européen des Paiements. MA€A apporte l’ensemble des fonctions de gestion des mandats SEPA et des flux de paiement associés. La mise en œuvre de MA€A permet de ne pas modifier les processus de souscription et d’encaissement et s’effectue sans impact majeur sur les systèmes et procédures existants.

Cette nouvelle offre répond à une attente forte du marché Européen suite à l’obligation règlementaire émanant de la Commission Européenne de migration vers SEPA avant le 1er Février 2014. Elle s’adresse à tous les émetteurs de prélèvements en Europe, à tous les secteurs d’activité, aussi bien en B to B qu’en B to C et prend en compte toutes les situations de vente et d’encaissement tout en minimisant les adaptations à réaliser dans les systèmes d’information des émetteurs de prélèvements.

En complément de cette suite logicielle, Cegedim met à disposition des émetteurs de prélèvements son centre de service de gestion des mandats s’appuyant sur l’expérience et l’infrastructure qui ont permis de réaliser plus de 1000 projets de dématérialisation de factures, et de traiter plusieurs centaines de millions de feuilles de soins dématérialisées par an.

Enfin, Cegedim propose la dématérialisation totale (dans le respect de la loi) de la gestion des contrats et des mandats lors de l’acte de souscription (par utilisation des services Sign & Archive et des mécanismes de signature numérique CEG€Pass).


A propos de Cegedim :
Fondée en 1969, Cegedim est une entreprise mondiale de technologies et de services spécialisée dans le domaine de la santé. Cegedim propose des prestations de services, des outils informatiques, des logiciels spécialisés, des services de gestion de flux et de bases de données. Ses offres s’adressent notamment aux industries de santé, laboratoires pharmaceutiques, professionnels de santé et compagnies d’assurance. Leader mondial du CRM santé, Cegedim est également un des premiers fournisseurs de données stratégiques consacrées à ce secteur. Cegedim compte 8 200 collaborateurs dans plus de 80 pays et a réalisé un chiffre d’affaires de 911 millions d’euros en 2011. Cegedim SA est cotée en bourse à Paris (EURONEXT : CGM).
Pour en savoir plus : www.cegedim.fr


A propos de Cegedim e- business
Cegedim propose depuis 1992 une offre de dématérialisation globale pour tous les échanges entre les entreprises, dans tous les secteurs d’activités en Europe et dans le monde.
Cegedim e-business accompagne les entreprises pour dématérialiser tous leurs documents de gestion et automatiser leurs processus de la commande au règlement en passant par la facture. Pour ce faire, Cegedim e-business propose la plateforme GIS (Global Information Services), un des premiers réseaux européens d’échanges électroniques, qui compte plus de 60 000 entreprises connectées à travers le monde et traite 250 millions de flux échangés par an.
Pour en savoir plus : www.e-business.cegedim.com

L'AFTE tire la sonnette d'alarme pour le SEPA

Source : Bertrand Lemaire, CIO-Online (15/03/2012)

L'association française des trésoriers d'entreprise s'inquiète du respect des échéances dans la mise en oeuvre des moyens de paiement dématérialisés européens en lieu et place des modes nationaux.

Dans le dernier numéro du mensuel « La lettre du trésorier » publié par l'association française des trésoriers d'entreprise, Gilbert Labbé (président de la commission SEPA) et Richard Cordero (délégué général) s'émeuvent du retard pris dans la migration des entreprises vers le SEPA. Rappelons qu'il s'agit de remplacer des moyens de paiement dématérialisés nationaux (comme le prélèvement ou le virement) par des moyens de paiement européens dans le cadre du Single Euro Payments Area (SEPA, aire unique de paiement en Europe) (...)

Lire l'article dans CIO-Online

lundi 12 mars 2012

Le DAF et l’Europe : une étape logique, un projet valorisant

Source : New CFO (07/03/2012)

Les pays de l’Union Européenne, et plus largement les 33 nations qui ont signé l’accord SEPA, sont devenus le terrain de jeu naturel des directions financières, qui peuvent y exercer leurs talents de gestionnaires et de managers. La centralisation – trésorerie, paiements, etc., est donc à la mode, nous rappellent Myriam Radi et José Teixeira, deux experts de l’éditeur Sage. Mais elle demande du tact, de la nuance… et la prise en compte de toutes les particularités – comptables, fiscales, habitudes de paiements, etc., qui caractérisent encore ce que l’on appelait pourtant un « marché commun » (...)

Lire l'article dans new-cfo.fr
 

jeudi 8 mars 2012

Le SEPA : Où en est-on ?

Par Joël Quéré, ATHIC - Source : Finyear
A l’heure où l’Europe traverse une crise identitaire sur la gouvernance économique, le plan SEPA est actuellement dans une étape intermédiaire. En France, après le démarrage du virement (SCT ou SEPA Credit Transfer) et du prélèvement (SDD ou SEPA Direct Debit), les dates butoirs d’arrêt des moyens de paiement nationaux sont encore incertaines (achèvement de la migration pour le virement en juin 2013 et juin 2014 pour le prélèvement). Cette évolution qui parait inéluctable, du fait de l’intégration à l’échelle européenne des banques centrales ne deviendra cependant réellement concrète qu’avec la décision d’arrêter les systèmes de paiement nationaux redondant (...)

Lire l'article dans Finyear

lundi 5 mars 2012

Les dates butoir de migration au SEPA deviennent effectives

Source : bfinance (01/03/2012)


Un petit commentaire sur le vote mi-février par le Parlement Européen du règlement fixant une date limite pour la migration au SEPA. Le texte vient d’être ratifié par les ministres européens, bouclant ainsi un processus legislatif entamé fin décembre 2010. Les grandes lignes du règlement étaient connues depuis l'accord négocié fin décembre entre les représentants du Conseil et du Parlement (cf. les dates clés du passage au SEPA).

Il restait toutefois une incertitude sur la définition qui serait donnée dans le texte aux opérations de paiements nationales et transfrontalières. Tout l'enjeu était de permettre aux corporates de pouvoir bénéficier dès novembre prochain de la suppression de l'interchange en passant au SDD transfrontière (...)

Lire l'article dans bfinance.fr

Messages les plus consultés