ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

mercredi 28 décembre 2011

Nouveau blog : Paiements et risques

Saluons la naissance d'un nouveau blog intitulé "paiements et risques". Ce blog à été créé par Denis Raux, président de Blitz Business Service, afin permettre un échange d'informations sur la problématique des risques liés aux moyens de paiement.

Accéder au blog paiements et risques

Règlement end-date pour le projet SEPA : accord obtenu entre les institutions européennes

Source : Blog Paiements et risques

Alors que le vote sur le règlement 924/2009 en séance plénière du Parlement européen a été fixé au 2 février 2012, les négociations issues du trilogue informel a débouché sur un accord présenté le 20 décembre. A cette fin, la rapporteure sur ce dossier, Sari Essayah (PPE, Finlande), a rappelé l’importance du projet SEPA : « le marché intérieur ne peut pas fonctionner sans le SEPA. Le SEPA fournit la base nécessaire pour les développements futurs du marché intérieur. » En permettant de traiter les opérations transfrontalières comme des opérations purement nationales, le projet SEPA vise à rendre le marché européen des paiements plus efficace et compétitif et à produire une économie totale évaluée à 123 milliards d’euros en 6 ans (...)

Lire le billet publié par Denis Raux dans le blog Paiements et risques

Un espace européen unique des paiements

Source : Parlement Europeen, Communiqué de presse

Commissions: Commission des affaires économiques et monétaires

Les paiements transfrontaliers devraient devenir plus rapides, meilleur marché et plus sûrs, selon l'accord atteint mardi par les négociateurs du PE et des États membres. L'accord doit encore être approuvé par l'ensemble du Parlement et par le Conseil. Les nouvelles règles devraient apporter une concurrence équitable, suppri- mer les coûts cachés des banques et accélérer les transferts. Cela pourrait permettre aux clients, banques et entreprises, d'économiser 123 milliards en six ans.

S'exprimant sur l'accord pour un espace européen unique des paiements (SEPA), la rap- porteure Sari Essayah (PPE, FI) a déclaré que: "Le SEPA est un élément clé du marché intérieur dont il facilite le fonctionnement. De plus, le SEPA figurera à la base d'autres évo- lutions du marché intérieur".

La présidente de la commission des affaires économiques et monétaires, Sharon Bowles (ADLE, UK), a indiqué : "Cet accord montre que, même en faisant face aux difficultés de la crise, les institutions européennes s'attachent à approfondir le marché intérieur au niveau des services financiers, avec l'euro au cœur du système. Cet accord est une manifestation de confiance envers l'euro, et je suis convaincue qu'il profitera aux consommateurs, comme aux entreprises".
Il s'agissait avant tout de fixer, pour les banques, une échéance juridiquement contraignante pour mettre leurs systèmes de paiement en conformité avec le règlement SEPA. L'équipe de négociateurs du Parlement avait insisté sur une échéance unique pour tous les paiements (traitement des virements et des domiciliations) afin de permettre aux citoyens de l'UE de comprendre plus aisément le nouveau système. L'échéance a été fixée au 1er février 2014.
Le règlement SEPA établit des règles et des normes communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Il vise à créer un marché intégré présentant des conditions de base, ainsi que des droits et obligations similaires, pour les services liés aux virements et aux domiciliations.

Avantages pour les citoyens
Les citoyens européens ne devront plus se soucier de savoir dans quel État membre se situe le compte bancaire. Les transferts devraient devenir meilleur marché, plus rapides et plus sûrs.
Les personnes se déplaçant à l'intérieur de l'Union pourront notamment utiliser un seul compte bancaire en euro, sur lequel un salaire perçu dans un autre pays pourra être versé. Elles pourront également payer des factures dans un pays donné, via un compte domicilié dans un autre.

Tous les titulaires de comptes bancaires y trouvent leur intérêt, car la concurrence interna- tionale entre fournisseurs de ce type de service devrait faire baisser les prix. La concurrence entre banques pour ce type de service devrait également entraîner une réduction des coûts cachés qui subsistent encore, tandis que les coûts relativement faibles ne devraient pas changer.

Les négociateurs du Parlement ont veillé à rendre la migration vers les normes SEPA plus simple pour les clients des banques, en permettant à celles-ci d'offrir la conversion vers le nouveau système et de supprimer le code BIC (Business Identifier Code). L'IBAN devrait désormais suffire. Autre avantage: l'obligation d'appliquer une tarification non-discrimina- toire aux transferts, quel qu'en soit le montant.

Avantages pour les entreprises
Les entreprises pourraient établir des prélèvements transfrontaliers en euro, entre deux comptes bancaires situés n'importe où dans l'Union, ce qui permettra de facturer les clients régulièrement au-delà des frontières. En interdisant les commissions d'interchange multila- térales pour les prélèvements automatiques et transfrontaliers à compter de 2012, le règle- ment permettra aux entreprises d'établir leurs centres de paiement dans n'importe quel État membre de l'Union.

Elles pourront également organiser tous les paiements transfrontaliers en euros à partir d'un seul compte en euros dans le pays de leur choix afin d'améliorer leur gestion financière et d'accélérer les flux de trésorerie à un moindre coût.

Contact :
Dorota KOLINSKA
BXL: (+32) 2 28 32787
STR: (+33) 3 881 74005
PORT: (+32) 498 98 32 80
EMAIL: econ-press@europarl.europa.eu

Télécharger le communiqué sur le site europa.eu

lundi 26 décembre 2011

SEPA : La fin du début ?

Source : Bernard Lamour, BeSyti (24/12/2011)

Février 2014 : La date qui marquera l'abandon des virements et prélèvements aux formats nationaux est enfin fixée (...)

Lire l'article dans BeSyti
(accès réservé aux membres du réseau BeSyti. Comment se faire parrainer ?)

jeudi 22 décembre 2011

Commerce international : quels sont les moyens de paiement ?

Source : Editions Tissot (20/12/2011)


Vous souhaitez développer votre entreprise à l’international et réaliser des exportations de biens ou services que vous produisez, afin d’augmenter la part de votre chiffre d’affaires réalisée à l’étranger. Cependant, le risque d’impayé y est plus fort que sur le marché national et vous devez en tenir compte. Virement international, chèque, lettre de change, crédit documentaire... Tous les outils pour payer ou être payé à l’international (...)


Mise en place de l'espace européen unique des paiements (SEPA)

Source : Toute l'Europe (21/12/2011)

(...) Les paiements transfrontaliers dans l'UE seront prochainement plus rapides, plus sûrs et moins onéreux. Mardi 20 décembre 2011, les négociateurs du Parlement européen et des Etats membres se sont accordés sur de nouvelles règles améliorant la concurrence dans ce domaine.

Cet espace européen unique des paiements (SEPA) impliquera des règles communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Il devrait faciliter la vie des citoyens européens qui se déplacent sur le territoire de l'UE, ainsi que celle des entreprises. Les nouvelles règles pourraient permettre aux clients, banques et entreprises d'économiser 123 milliards d'euros en six ans.

Les citoyens européens pourront ainsi n'utiliser qu'un seul compte bancaire, sans se soucier d'où il est implanté. La concurrence entre les fournisseurs des services bancaires devrait faire permettre une baisse des coûts. Les virements sont également concernés par ces nouvelles règles : le code BIC disparait, seul le code IBAN suffira pour vos virements.

L'accord doit à présent être approuvé par l'ensemble du Parlement et par le Conseil. (...)

Lire l'article dans Toute l'Europe

En savoir plus sur la levée de l'obligation de renseigner le code BIC (article bfinance 10/2011)

Accord sur l’entrée en vigueur du SEPA en 2016

Source : Sarah Collins, EuroPolitique (21/12/2011)

Les députés européens et les ambassadeurs des Etats membres sont parvenus à un accord préliminaire sur l’entrée en vigueur en 2016 de l’Espace unique de paiement en euro (SEPA), qui établit des règles et des normes communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Le principal enjeu était de fixer, pour les banques, une échéance juridiquement contraignante pour mettre leurs systèmes de paiement en conformité avec le règlement SEPA. Ce sera 2014 pour la zone euro et en 2016 dans le reste de l’UE (...)

Lire l'article dans Europolitique

Comme si de rien n'était...

Source : TDK1, Ma vie mon argent (21/12/2011)

Des négociateurs du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne, représentant les États membres, ont établi hier mardi un accord officialisant le basculement de l’ensemble des services de paiements électroniques vers un système unifié au niveau européen au 1er février 2014 (...)

Lire le billet dans Ma vie mon argent

mercredi 21 décembre 2011

Sepa, les dates butoirs tardent : aux entreprises de jouer !

Source : Nouvelles Dynamiques du Paiement (07/12/2011)

La quatrième année de mise en œuvre du SEPA s'achève sur un bilan en demi-teintes, confirmant disparités nationales et sectorielles. NDP fait la synthèse des évolutions et analyse les effets attendus et constatés par les entreprises, dans les différents Pays Européens, en et hors zone Euro, avec un focus particulier sur l'Italie. L'expérience des entreprises pionnières du passage au SEPA confirme le besoin d'une bonne information et d'une gestion du projet apte à transformer l'organisation interne afin de révéler les réels potentiels de compétitivité.

Egalement dans ce dossier :

SEPA An IV : Une progression laborieuse
SEPA lent : L'EPC critique vis à vis de l'UE
Passage au SEPA, le cas de l'Italie
Du point de vue des entreprises : flous et incertitudes sur les gains en jeu


Pour en savoir plus

Paiements transfrontaliers : l'UE fixe un délai à 2014 pour l'harmonisation

Source : Romandie News/AFP (20/12/2011)

BRUXELLES - Le basculement de l'ensemble des services de paiements électroniques vers un système unifié au niveau européen devra être effectif d'ici février 2014, ont décidé mardi les négociateurs du Parlement européen et des Etats de l'UE (...)

Lire l'article dans Romandie News

L'UE veut se doter d'ici à 2014 d'un espace unique des paiements

Source : Les Echos (20/12/2011)

L'Union européenne entend se doter d'ici à deux ans d'un espace unique de paiements en euros, en vertu d'un accord conclu mardi par les négociateurs des Etats membres et du Parlement européen (...)

Lire l'article dans Les Echos

Accord sur les end dates SEPA

Un an après la proposition de la commission, le conseil et le parlement européen donnent leur agrément pour une date butoir (end date) à laquelle les pays membres devront avoir terminé la migration de leurs systèmes nationaux de virement et de prélèvement vers les instruments communs du SEPA (Single Euro Payments Area) : le SEPA Credit Transfer (SCT) pour le virement et le SEPA Direct Debit (SDD) pour le prélèvement.

Le principe d'une date butoir commune pour le SCT et le SDD semble désormais arrêté et cette date positionnée sur février 2014.

Télécharger le communiqué du Conseil de l'Union Européenne

Lire Le communiqué de Michel Barnier, Commissaire Européen au Marché Intérieur et Services

mardi 20 décembre 2011

Faire des paiements une activité rentable pour les banques

Source :  Jean-Michel Schneider, Le Cercle Les Echos (05/12/2011)


Les transactions bancaires sont désormais considérées avec tout le respect qu’elles méritent : source de revenus durables, elles sont également un outil essentiel de mise en relation avec les clients (...)

Lire l'article dans Le Cercle Les Echos

lundi 19 décembre 2011

Cegedim Global Payments


Source : www.cegedim.fr

En 2010, le prélèvement avec près de 20 milliards de transactions (dont 3,4 milliards pour la France) est le deuxième instrument de paiement en Europe après les cartes.
La mise en place de l’initiative SEPA de la Commission Européenne visant à l’harmonisation des moyens de paiement en Euro entraîne des contraintes et adaptations  très importantes au niveau des procédés et processus chez tous les émetteurs de prélèvement (en particulier, la gestion et dématérialisation du mandat SEPA qui remplace l’autorisation de prélèvement nationale).

Pour faire face à cette obligation réglementaire, Cegedim a développé Cegedim Global Payments, une activité dédiée à la gestion des flux financiers et en particulier à la migration vers le prélèvement SEPA (ou SDD : SEPA Direct Debit).

Cegedim Global Payments s’appuie sur une suite de solutions et de services modulaires permettant aux émetteurs de prélèvement de faciliter et d’optimiser leur migration vers le prélèvement SEPA. Nos solutions anticipent également la seconde phase de SEPA à savoir la dématérialisation totale de la gestion des contrats, des mandats et des factures.

Pour faciliter la migration vers le prélèvement SEPA, Cegedim Global Payments a conçu et mis en œuvre une suite logicielle (MA€A) conforme aux exigences définies par le Conseil Européen des Paiements (EPC) et disponible en mode licence et en mode SaaS.


Celle-ci permet de minimiser les adaptations à réaliser dans le système d’information de l’émetteur de prélèvement et de rendre transparente aux utilisateurs métier (gestionnaires de contrats et d’encaissements) les règles complexes liées à l’utilisation du mandat et prélèvement SEPA. MA€A permet un fonctionnement optimal où les processus de gestion des mandats sont totalement intégrés dans les processus de gestion des contrats et des encaissements et ce, quel que soit le mode de souscription et le domaine d’activité. Enfin, MA€A permet la mise en place de procédures de migration personnalisées des autorisations de prélèvement nationales actuelles en mandats SEPA quel que soit le pays d’appartenance de l’émetteur de prélèvement.

Cegedim Global Payments propose également la mise à disposition de son Centre de Service de Gestion des Mandats qui peut prendre en charge l’ensemble des nouvelles tâches et des processus manuels ou informatiques qui doivent être mis en place par les émetteurs de prélèvement et qui n’existaient pas dans le fonctionnement actuel du prélèvement national.

Le Centre de Service de Gestion des Mandats de Cegedim fournit l’ensemble des processus et procédés permettant :


  • La collecte, la dématérialisation et l’archivage des mandats papier,
  • La numérisation et l’archivage des mandats numérisés dans un coffre-fort électronique (certifié NF Z 42013) ainsi que les processus de gestion de la preuve et restitution associés,
  • Les processus de communications vers les clients (information préalable, pré-notification, etc…).
Cegedim Global Payments permet d’ores et déjà d’optimiser la migration vers le prélèvement SEPA en proposant des solutions et services permettant :
  • La dématérialisation totale de la gestion des contrats et des mandats lors de l’acte de souscription dans le respect de la loi.
  • Le paiement dématérialisé des factures déclenché par le client (remplacement des encaissements par TIP et chèques)
  • La mise en œuvre de nouveaux modes de paiement.
Cette suite de services baptisée CEG€Pass permet la suppression totale de la gestion de documents papier (contrats, mandats, etc…). Ceci est rendu possible (dans le respect de la loi) grâce à la mise en place de mécanismes de dématérialisation de la signature (la signature biométrique est capturée via une tablette graphique), de mécanismes d’authentification forte et sur l’utilisation et du coffre-fort électronique Cecurity de Cegedim.
Les services CEG€Pass peuvent être mis en œuvre dans de nombreux domaines (validation de documents internes à une entreprise, acceptation de conditions générales entre un fournisseurs et ses agents, ouverture de compte bancaire, validation d’offres de crédit, etc…..).

Virement bancaire : l’Urssaf passe aux normes SEPA

Source : Urssaf (16/12/2011)

À compter de 2012, le réseau des Urssaf s’adapte au projet européen SEPA en utilisant les coordonnées internationales BIC IBAN pour les virements (en remplacement du RIB).
Le projet SEPA (Single Euro Payments Area) a pour objectif d’harmoniser les moyens de paiement en euros.
Il concerne les moyens de paiement les plus utilisés en Europe : carte bancaire, virement et prélèvement automatique.

Quels changements ?
Aucune démarche n’est à effectuer par les entreprises qui règlent déjà leurs cotisations et contributions sociales par virement.
Si vous souhaitez payer, pour la première fois, vos cotisations et contributions sociales par virement, vous devez vous adresser à votre Urssaf. Cette dernière vous transmettra ses coordonnées bancaires aux normes SEPA ou au format RIB selon la configuration de votre logiciel.
Les cotisants qui bénéficient d’un remboursement pour la première fois seront contactés par leur Urssaf afin d’obtenir leurs coordonnées bancaires.

Le communiqué sur le site de l'Urssaf

vendredi 16 décembre 2011

3SKey : Interview de Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT

Source : Finyear

Un an après son lancement, Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT, interviewé par Finyear, fait un point sur la solution de signature électronique 3SKey.

Lire l'interview dans Finyear

ZOOM AFTE - SDD Business to Business B2B : Prélèvement SEPAinterentreprises

mercredi 14 décembre 2011

Virement et Prélèvement SEPA : la migration des entreprises est encore insuffisante

Communiqué commun Comité national SEPA, Banque de France, Fédération Bancaire Française

Le Comité national SEPA considère qu'il est impératif de respecter le calendrier d'adoption du règlement européen prévu au premier semestre 2012 et soutient la mise en oeuvre de la " end-date " ambitieuse qui est envisagée (février 2014 pour l'abandon des virements et prélèvements aux formats nationaux). Il décide de lancer à l'automne 2012 une action de sensibilisation auprès des entreprises sur la nécessité de leur migration en 2013.

Le Comité national SEPA s'est réuni en vue de faire un point sur l'adoption du règlement européen, désormais annoncée pour le premier semestre 2012, fixant une seule date butoir de migration pour le virement et le prélèvement SEPA (à ce stade février 2014), ainsi que sur les travaux nécessaires à la préparation et au suivi de la migration en France.

La publication rapide du règlement " end-date " est cruciale. La date butoir définitive pour le prélèvement SEPA doit être connue le plus rapidement possible pour garantir un délai suffisant en vue d'une migration fluide.
Le Comité national regrette les décalages successifs dans le processus d'adoption du règlement " end date " et souhaite qu'il puisse être adopté au plus vite. Il rappelle aux autorités européennes que la publication du texte est cruciale à la mobilisation de tous les acteurs. Le calendrier actuellement envisagé conduit à une publication du règlement en juillet 2012, ce qui laisserait moins de 18 mois aux entreprises pour finaliser leur migration au virement et au prélèvement SEPA. En ce qui concerne ce dernier, les volumes restent insignifiants, tant au niveau français qu'européen, avec moins de 1% de l'ensemble des prélèvements. Le Comité national considère toutefois que le défi peut être relevé si l'adoption du règlement n'est pas retardée.

S'agissant des virements, la migration du secteur privé reste encore faible, contrairement à la sphère publique.
Alors que la date butoir du virement SEPA est également prévue en février 2014, la migration des entreprises demeure encore très faible. A ce jour, 22% des virements en France sont effectués au format SEPA et la France contribue pour un tiers de la montée en charge européenne. Toutefois, cette migration repose pour plus de 85% sur les administrations.

Un plan de communication en régions au plus près des entreprises sera lancé dès la rentrée 2012.
Le Comité national a été contraint d'annuler le colloque initialement prévu le 9 novembre 2011 en raison du retard pris dans l'adoption du règlement " end-date ". Cependant, il poursuit résolument son effort d'information auprès des chefs d'entreprises et plus généralement de l'ensemble des agents économiques concernés par ce projet ; il a décidé la tenue d'actions en régions dès l'automne 2012 après la publication du règlement. Celles-ci doivent contribuer notamment à la sensibilisation des responsables de PME et TPE au sein même de leurs bassins d'activité afin de leur permettre d'appréhender concrètement les enjeux de SEPA. Un colloque national de haut niveau pourrait conclure ce cycle début 2013.

Qu'est-ce que le projet SEPA ?
Le projet SEPA (Single Euro Payments Area - espace unique de paiement en euros) est un projet européen qui s'inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et billets en euros. L'ambition est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l'ensemble des pays européens. Grâce à ces nouveaux moyens de paiement européens, les consommateurs, les entreprises, les commerçants et les administrations peuvent effectuer des paiements dans les mêmes conditions partout dans l'espace européen, aussi facilement que dans leur pays.

Quel est le rôle du Comité national SEPA ?
Le Comité national SEPA coordonne la mise en oeuvre des moyens de paiement européens en France. Il regroupe des représentants de l'ensemble des acteurs concernés : banques, administrations, entreprises, commerçants et consommateurs, ainsi que des parlementaires et des représentants du Conseil économique et social, de l'Association des maires de France et de la presse.

La 5e Université du Cash Management organisée par BNP Paribas remporte un vif succès

COMMUNIQUE DE PRESSE

La cinquième Université du Cash Management, organisée par BNP Paribas, a attiré plus de 300 participants du monde entier, durant deux journées d'échanges axés autour du thème de la gestion du cash et de la liquidité, en tant que leviers de performance pour les entreprises.

Cet évènement a su s'imposer comme un rendez-vous incontournable de l'univers du Cash Management. Cette Université donne l'opportunité à des Trésoriers et Directeurs Financiers venant du monde entier, d'échanger, de prendre la pleine mesure des tendances du marché, et d'engager une réflexion sur ses évolutions.

BNP Paribas Cash Management, avec d'autres métiers du groupe, a ainsi rassemblé de grands acteurs du cash management : Equity, Fiserv, IBM, PricewaterhouseCoopers, SAP, SunGard et SWIFT. De nombreux clients ont par ailleurs accepté de témoigner, lors de sessions plénières et d'ateliers, durant ces deux journées : Lafarge Inde, Spie Oil & Gas Services, Merck KGaA…..

Les débats ont mis en exergue la fonction centrale du trésorier et du cash management, à l'heure où la confiance et la liquidité sont devenus essentielles pour les acteurs économiques. La conjoncture actuelle et l'environnement réglementaire en mutation, conduisent les banques et les entreprises à s'adapter, et les entreprises doivent avoir l'assurance que leur banque les accompagne, de façon durable, dans leurs projets. De ce fait, pour répondre aux attentes des clients, les solutions de cash management proposées doivent être véritablement intégrées à la relation globale banque-entreprise. Par ailleurs, les entreprises aspirent à des solutions de cash management offrant une couverture géographique globale, mais souhaitent bénéficier d'un accompagnement de proximité avec leurs équipes de trésorerie.

Pierre Fersztand, Responsable Mondial Cash Management, BNP Paribas déclare : « Ces journées sont l'occasion pour BNP Paribas Cash Management de rappeler notre engagement et notre volonté d'accompagner nos clients dans la durée en gestion de trésorerie et de liquidité. Notre couverture géographique et notre expertise nous permettent de proposer des solutions globales tout en déclinant des offres adaptées et un accompagnement local. »

A propos de BNP Paribas Cash Management

Figurant parmi les principaux acteurs au monde dans le domaine du Cash Management et leader européen, BNP Paribas fournit à ses clients des solutions paneuropéennes globales et harmonisées, correspondant étroitement à leurs activités et à leur empreinte géographique. Nos clients Corporate peuvent s'appuyer sur un vaste réseau en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient.
BNP Paribas met à disposition 150 Corporate Business Centres répartis dans 23 pays en Europe. Grâce à son expertise locale et à sa proximité, BNP Paribas est en mesure d'accompagner ses clients dans leur développement international, par le biais de spécialistes ayant une entière connaissance des spécificités locales.
Nos 2.500 experts en Cash Management vous assistent dans le choix des solutions qui répondent vraiment à vos besoins.
Quelle que soit la taille de votre entreprise, quel que soit l'endroit où vous vous situez, vous pouvez compter sur une large gamme de solutions éprouvées de gestion de trésorerie, incluant tous les moyens de paiements, solutions de gestion de la liquidité, centralisation, solutions e-banking, solutions SWIFTNet.

lundi 12 décembre 2011

La migration vers SCT en est à 21,07%, le SDD à 0,13% (BCE)

Source : Banque Centrale Européenne (ECB)

Les derniers indicateurs SEPA de la Banque Centrale Européenne (septembre 2011) montrent un taux de migration des instruments de paiements nationaux vers le SEPA encore relativement confidentiel. Le SEPA Credit Transfer (SCT) représente globalement 21.07% des virements, avec une grande disparité entre les pays.


La migration des prélèvements nationaux vers le SEPA Direct Debit (SDD) atteint quant à elle à peine 0,13%.

Tous les indicateurs : http://www.ecb.europa.eu/paym/sepa/about/indicators/html/index.en.html

Club Banque – SEPA : le compte à rebours a commencé

Source : Kurt Salmon

Date
15 décembre 2011

Jeudi, Kurt Salmon organise en partenariat avec Revue Banque une nouvelle session du Club Banque sur le thème : SEPA : le compte à rebours a commencé.
A cette occasion, Marwan Farah, Senior Manager FS, présidera la séance au cours de laquelle interviendront Jérôme Raguénès, de la Fédération Bancaire Française, Geoffroy Goffinet, de la Banque de France, Gilbert Labbé, d’Electricité de France, Jérôme Traisnel, de Slimpay, et Aline Mottet, de Natixis

Lieu : Salons Hoche, Paris
Date : Jeudi 15 décembre 2011
Horaires : 18h- 20h00

Pour plus d’informations, contactez Amandine Solanet à partir de la page de l'évènement sur le site Kurt Salmon.


1er février 2014 fin de migration au SEPA ?

Source : Compte Twitter de @EXPLAINEUROPE (11/12/2011)

"02/02/2012=séance plénière 1ère/unique lecture au Parlement européen sur le règlement end date qui dit 01/02/2014 fin de migration au SEPA !"

vendredi 9 décembre 2011

PriceMinister retient SlimPay, établissement de paiement agréé par la Banque de France, pour sa solution « SEPA Direct Debit »

Communiqué de presse

Paris, le 08 décembre 2011 - PriceMinister retient SlimPay, établissement de paiement agréé par la Banque de France, pour sa solution « SEPA Direct Debit ». Cette solution permet l'encaissement des sommes dues par les vendeurs professionnels abonnés aux services « SuperBoutiques » de la place de marché, depuis n'importe quel compte-bancaire de la zone SEPA, qui inclut 32 pays.

Successeur du prélèvement automatique français qui disparaitra en 2014, le SEPA Direct Debit (SDD) est une solution novatrice que PriceMinister est un des premiers acteurs de l'hexagone à déployer. Il s'agit d'un moyen de paiement entièrement dématérialisé et fiable dans le temps, au contraire de l'encaissement par carte bancaire qui génère des incidents pour date de validité échue, dépassement de plafond ou du chèque qui reste une solution nationale.

« Le choix de SlimPay accompagne le changement de positionnement de PriceMinister, qui va vers plus de personnalisation boutique par boutique, et offre plus de services vers nos vendeurs professionnels. Il nous fallait donc trouver un service de paiement souple et efficace, pour l'encaissement des services SuperBoutiques, quelle que soit l'origine de nos vendeurs » précise Pierre Krings, Directeur Général de PriceMinister. « La solution SlimPay, entièrement dématérialisée, est adaptée à notre environnement du e-commerce. Grâce au SDD, elle répond au caractère international et dans la durée de nos relations avec les marchands professionnels. » conclut-il.

« La signature avec un acteur majeur de place de marché e-commerce tel que PriceMinister-Rakuten illustre parfaitement la constante évolution des modèles économiques vers des formules d'abonnements qui nécessitent des moyens de paiement adaptés tels que ceux que nous proposons » se félicite Jérôme Traisnel, Directeur Général de SlimPay.

A propos de SlimPay
SlimPay est un Prestataire de Service de Paiement à valeur ajoutée. Créée en 2009 par Jérôme Traisnel et Jean-Louis Hoenen, SlimPay, jeune entreprise de technologie innovante, conseille, développe et met en œuvre en mode hébergé des solutions informatiques permettant l'acquisition et le traitement d'ordres de paiement pour le compte des entreprises et notamment des marchands en ligne. Elle a obtenu le 23 novembre 2010 son agrément en qualité d'établissement de paiement par la Banque de France. Composée d'ingénieurs en développement informatique et sécurité de réseau, l'entreprise prévoit à nouveau de doubler ses effectifs d'ici fin 2012. www.slimpay.com
Contact Presse
Hopscotch Capital / Delphine Sibony : 01 58 65 20 17 - dsibony@hopscotchcapital.fr



A propos de PriceMinister
Créé par Pierre Kosciusko-Morizet, Pierre Krings, Justin Ziegler et Olivier Mathiot en août 2000, PriceMinister est le leader européen de l'Achat-Vente Garanti sur Internet avec , lancé en janvier 2001. Le Groupe PriceMinister est aujourd'hui constitué de 4 pôles : l'Achat-Vente Garanti, l'Automobile, l'E-mail Marketing et le Voyage. Les 15 millions de membres du site proposent près de 200 millions de produits sur le site (décembre 2011). En juin 2010, PriceMinister a rejoint le Groupe japonais Rakuten. http://www.priceminister.com
Contact Presse :
Alter'Com Conseil / Estelle Monraisse : 06 60 41 81 52 - altercom@club-internet.fr

mercredi 7 décembre 2011

Systèmes de paiement : les banques en perte de leadership ?

Source : Finyear - Louis Blatt, Vice-Président Produits, ACI Worldwide (12/2011)

A l’échelle mondiale, les volumes de paiement passeront de 306 300 millions en 2010 à 749 800 millions en 2020. La valeur de ces paiements devrait par ailleurs plus que doubler. Ce marché, jusqu’ici perçu comme quelconque et peu lucratif, affiche depuis quelques années un beau dynamisme...au point d’avoir attiré de nouveaux acteurs. Ces derniers concurrencent aujourd’hui allègrement les institutions financières, jusqu’à présent leaders indétrônables du secteur. Quels sont ces nouveaux acteurs ? Quelle est leur valeur ajoutée pour s’imposer sur le marché ? Comment les banques et les fournisseurs historiques de solutions de paiement font-ils face à cette nouvelle concurrence ? Quelles stratégies déploient ces derniers pour conserver et augmenter leurs parts du marché juteux des solutions de paiement ? (...)

Lire l'article dans Finyear mensuel 12/2011 page 36

Les nouveaux moyens de paiement : une source de bouleversements à venir dans les 5 ans

Source : Finyear (7/12/2011)

Compass Management Consulting, une société du groupe ISG (Information Services Group) (NASDAQ:III), et leader mondial de l’analyse comparative dédiée à l’amélioration des performances des entreprises, se penche à l’occasion de la publication d’une étude sur les stratégies des nouveaux moyens de paiement, signée Guillaume Almeras, Directeur Banques de Compass Management Consulting, sur ce tournant stratégique.

Lire l'article dans Finyear

Messages les plus consultés