ABONNEZ-VOUS GRATUITEMENT EN CLIQUANT ICI

mercredi 28 décembre 2011

Nouveau blog : Paiements et risques

Saluons la naissance d'un nouveau blog intitulé "paiements et risques". Ce blog à été créé par Denis Raux, président de Blitz Business Service, afin permettre un échange d'informations sur la problématique des risques liés aux moyens de paiement.

Accéder au blog paiements et risques

Règlement end-date pour le projet SEPA : accord obtenu entre les institutions européennes

Source : Blog Paiements et risques

Alors que le vote sur le règlement 924/2009 en séance plénière du Parlement européen a été fixé au 2 février 2012, les négociations issues du trilogue informel a débouché sur un accord présenté le 20 décembre. A cette fin, la rapporteure sur ce dossier, Sari Essayah (PPE, Finlande), a rappelé l’importance du projet SEPA : « le marché intérieur ne peut pas fonctionner sans le SEPA. Le SEPA fournit la base nécessaire pour les développements futurs du marché intérieur. » En permettant de traiter les opérations transfrontalières comme des opérations purement nationales, le projet SEPA vise à rendre le marché européen des paiements plus efficace et compétitif et à produire une économie totale évaluée à 123 milliards d’euros en 6 ans (...)

Lire le billet publié par Denis Raux dans le blog Paiements et risques

Un espace européen unique des paiements

Source : Parlement Europeen, Communiqué de presse

Commissions: Commission des affaires économiques et monétaires

Les paiements transfrontaliers devraient devenir plus rapides, meilleur marché et plus sûrs, selon l'accord atteint mardi par les négociateurs du PE et des États membres. L'accord doit encore être approuvé par l'ensemble du Parlement et par le Conseil. Les nouvelles règles devraient apporter une concurrence équitable, suppri- mer les coûts cachés des banques et accélérer les transferts. Cela pourrait permettre aux clients, banques et entreprises, d'économiser 123 milliards en six ans.

S'exprimant sur l'accord pour un espace européen unique des paiements (SEPA), la rap- porteure Sari Essayah (PPE, FI) a déclaré que: "Le SEPA est un élément clé du marché intérieur dont il facilite le fonctionnement. De plus, le SEPA figurera à la base d'autres évo- lutions du marché intérieur".

La présidente de la commission des affaires économiques et monétaires, Sharon Bowles (ADLE, UK), a indiqué : "Cet accord montre que, même en faisant face aux difficultés de la crise, les institutions européennes s'attachent à approfondir le marché intérieur au niveau des services financiers, avec l'euro au cœur du système. Cet accord est une manifestation de confiance envers l'euro, et je suis convaincue qu'il profitera aux consommateurs, comme aux entreprises".
Il s'agissait avant tout de fixer, pour les banques, une échéance juridiquement contraignante pour mettre leurs systèmes de paiement en conformité avec le règlement SEPA. L'équipe de négociateurs du Parlement avait insisté sur une échéance unique pour tous les paiements (traitement des virements et des domiciliations) afin de permettre aux citoyens de l'UE de comprendre plus aisément le nouveau système. L'échéance a été fixée au 1er février 2014.
Le règlement SEPA établit des règles et des normes communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Il vise à créer un marché intégré présentant des conditions de base, ainsi que des droits et obligations similaires, pour les services liés aux virements et aux domiciliations.

Avantages pour les citoyens
Les citoyens européens ne devront plus se soucier de savoir dans quel État membre se situe le compte bancaire. Les transferts devraient devenir meilleur marché, plus rapides et plus sûrs.
Les personnes se déplaçant à l'intérieur de l'Union pourront notamment utiliser un seul compte bancaire en euro, sur lequel un salaire perçu dans un autre pays pourra être versé. Elles pourront également payer des factures dans un pays donné, via un compte domicilié dans un autre.

Tous les titulaires de comptes bancaires y trouvent leur intérêt, car la concurrence interna- tionale entre fournisseurs de ce type de service devrait faire baisser les prix. La concurrence entre banques pour ce type de service devrait également entraîner une réduction des coûts cachés qui subsistent encore, tandis que les coûts relativement faibles ne devraient pas changer.

Les négociateurs du Parlement ont veillé à rendre la migration vers les normes SEPA plus simple pour les clients des banques, en permettant à celles-ci d'offrir la conversion vers le nouveau système et de supprimer le code BIC (Business Identifier Code). L'IBAN devrait désormais suffire. Autre avantage: l'obligation d'appliquer une tarification non-discrimina- toire aux transferts, quel qu'en soit le montant.

Avantages pour les entreprises
Les entreprises pourraient établir des prélèvements transfrontaliers en euro, entre deux comptes bancaires situés n'importe où dans l'Union, ce qui permettra de facturer les clients régulièrement au-delà des frontières. En interdisant les commissions d'interchange multila- térales pour les prélèvements automatiques et transfrontaliers à compter de 2012, le règle- ment permettra aux entreprises d'établir leurs centres de paiement dans n'importe quel État membre de l'Union.

Elles pourront également organiser tous les paiements transfrontaliers en euros à partir d'un seul compte en euros dans le pays de leur choix afin d'améliorer leur gestion financière et d'accélérer les flux de trésorerie à un moindre coût.

Contact :
Dorota KOLINSKA
BXL: (+32) 2 28 32787
STR: (+33) 3 881 74005
PORT: (+32) 498 98 32 80
EMAIL: econ-press@europarl.europa.eu

Télécharger le communiqué sur le site europa.eu

lundi 26 décembre 2011

SEPA : La fin du début ?

Source : Bernard Lamour, BeSyti (24/12/2011)

Février 2014 : La date qui marquera l'abandon des virements et prélèvements aux formats nationaux est enfin fixée (...)

Lire l'article dans BeSyti
(accès réservé aux membres du réseau BeSyti. Comment se faire parrainer ?)

jeudi 22 décembre 2011

Commerce international : quels sont les moyens de paiement ?

Source : Editions Tissot (20/12/2011)


Vous souhaitez développer votre entreprise à l’international et réaliser des exportations de biens ou services que vous produisez, afin d’augmenter la part de votre chiffre d’affaires réalisée à l’étranger. Cependant, le risque d’impayé y est plus fort que sur le marché national et vous devez en tenir compte. Virement international, chèque, lettre de change, crédit documentaire... Tous les outils pour payer ou être payé à l’international (...)


Mise en place de l'espace européen unique des paiements (SEPA)

Source : Toute l'Europe (21/12/2011)

(...) Les paiements transfrontaliers dans l'UE seront prochainement plus rapides, plus sûrs et moins onéreux. Mardi 20 décembre 2011, les négociateurs du Parlement européen et des Etats membres se sont accordés sur de nouvelles règles améliorant la concurrence dans ce domaine.

Cet espace européen unique des paiements (SEPA) impliquera des règles communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Il devrait faciliter la vie des citoyens européens qui se déplacent sur le territoire de l'UE, ainsi que celle des entreprises. Les nouvelles règles pourraient permettre aux clients, banques et entreprises d'économiser 123 milliards d'euros en six ans.

Les citoyens européens pourront ainsi n'utiliser qu'un seul compte bancaire, sans se soucier d'où il est implanté. La concurrence entre les fournisseurs des services bancaires devrait faire permettre une baisse des coûts. Les virements sont également concernés par ces nouvelles règles : le code BIC disparait, seul le code IBAN suffira pour vos virements.

L'accord doit à présent être approuvé par l'ensemble du Parlement et par le Conseil. (...)

Lire l'article dans Toute l'Europe

En savoir plus sur la levée de l'obligation de renseigner le code BIC (article bfinance 10/2011)

Accord sur l’entrée en vigueur du SEPA en 2016

Source : Sarah Collins, EuroPolitique (21/12/2011)

Les députés européens et les ambassadeurs des Etats membres sont parvenus à un accord préliminaire sur l’entrée en vigueur en 2016 de l’Espace unique de paiement en euro (SEPA), qui établit des règles et des normes communes pour le traitement des virements et des domiciliations libellés en euro. Le principal enjeu était de fixer, pour les banques, une échéance juridiquement contraignante pour mettre leurs systèmes de paiement en conformité avec le règlement SEPA. Ce sera 2014 pour la zone euro et en 2016 dans le reste de l’UE (...)

Lire l'article dans Europolitique

Comme si de rien n'était...

Source : TDK1, Ma vie mon argent (21/12/2011)

Des négociateurs du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne, représentant les États membres, ont établi hier mardi un accord officialisant le basculement de l’ensemble des services de paiements électroniques vers un système unifié au niveau européen au 1er février 2014 (...)

Lire le billet dans Ma vie mon argent

mercredi 21 décembre 2011

Sepa, les dates butoirs tardent : aux entreprises de jouer !

Source : Nouvelles Dynamiques du Paiement (07/12/2011)

La quatrième année de mise en œuvre du SEPA s'achève sur un bilan en demi-teintes, confirmant disparités nationales et sectorielles. NDP fait la synthèse des évolutions et analyse les effets attendus et constatés par les entreprises, dans les différents Pays Européens, en et hors zone Euro, avec un focus particulier sur l'Italie. L'expérience des entreprises pionnières du passage au SEPA confirme le besoin d'une bonne information et d'une gestion du projet apte à transformer l'organisation interne afin de révéler les réels potentiels de compétitivité.

Egalement dans ce dossier :

SEPA An IV : Une progression laborieuse
SEPA lent : L'EPC critique vis à vis de l'UE
Passage au SEPA, le cas de l'Italie
Du point de vue des entreprises : flous et incertitudes sur les gains en jeu


Pour en savoir plus

Paiements transfrontaliers : l'UE fixe un délai à 2014 pour l'harmonisation

Source : Romandie News/AFP (20/12/2011)

BRUXELLES - Le basculement de l'ensemble des services de paiements électroniques vers un système unifié au niveau européen devra être effectif d'ici février 2014, ont décidé mardi les négociateurs du Parlement européen et des Etats de l'UE (...)

Lire l'article dans Romandie News

L'UE veut se doter d'ici à 2014 d'un espace unique des paiements

Source : Les Echos (20/12/2011)

L'Union européenne entend se doter d'ici à deux ans d'un espace unique de paiements en euros, en vertu d'un accord conclu mardi par les négociateurs des Etats membres et du Parlement européen (...)

Lire l'article dans Les Echos

Accord sur les end dates SEPA

Un an après la proposition de la commission, le conseil et le parlement européen donnent leur agrément pour une date butoir (end date) à laquelle les pays membres devront avoir terminé la migration de leurs systèmes nationaux de virement et de prélèvement vers les instruments communs du SEPA (Single Euro Payments Area) : le SEPA Credit Transfer (SCT) pour le virement et le SEPA Direct Debit (SDD) pour le prélèvement.

Le principe d'une date butoir commune pour le SCT et le SDD semble désormais arrêté et cette date positionnée sur février 2014.

Télécharger le communiqué du Conseil de l'Union Européenne

Lire Le communiqué de Michel Barnier, Commissaire Européen au Marché Intérieur et Services

mardi 20 décembre 2011

Faire des paiements une activité rentable pour les banques

Source :  Jean-Michel Schneider, Le Cercle Les Echos (05/12/2011)


Les transactions bancaires sont désormais considérées avec tout le respect qu’elles méritent : source de revenus durables, elles sont également un outil essentiel de mise en relation avec les clients (...)

Lire l'article dans Le Cercle Les Echos

lundi 19 décembre 2011

Cegedim Global Payments


Source : www.cegedim.fr

En 2010, le prélèvement avec près de 20 milliards de transactions (dont 3,4 milliards pour la France) est le deuxième instrument de paiement en Europe après les cartes.
La mise en place de l’initiative SEPA de la Commission Européenne visant à l’harmonisation des moyens de paiement en Euro entraîne des contraintes et adaptations  très importantes au niveau des procédés et processus chez tous les émetteurs de prélèvement (en particulier, la gestion et dématérialisation du mandat SEPA qui remplace l’autorisation de prélèvement nationale).

Pour faire face à cette obligation réglementaire, Cegedim a développé Cegedim Global Payments, une activité dédiée à la gestion des flux financiers et en particulier à la migration vers le prélèvement SEPA (ou SDD : SEPA Direct Debit).

Cegedim Global Payments s’appuie sur une suite de solutions et de services modulaires permettant aux émetteurs de prélèvement de faciliter et d’optimiser leur migration vers le prélèvement SEPA. Nos solutions anticipent également la seconde phase de SEPA à savoir la dématérialisation totale de la gestion des contrats, des mandats et des factures.

Pour faciliter la migration vers le prélèvement SEPA, Cegedim Global Payments a conçu et mis en œuvre une suite logicielle (MA€A) conforme aux exigences définies par le Conseil Européen des Paiements (EPC) et disponible en mode licence et en mode SaaS.


Celle-ci permet de minimiser les adaptations à réaliser dans le système d’information de l’émetteur de prélèvement et de rendre transparente aux utilisateurs métier (gestionnaires de contrats et d’encaissements) les règles complexes liées à l’utilisation du mandat et prélèvement SEPA. MA€A permet un fonctionnement optimal où les processus de gestion des mandats sont totalement intégrés dans les processus de gestion des contrats et des encaissements et ce, quel que soit le mode de souscription et le domaine d’activité. Enfin, MA€A permet la mise en place de procédures de migration personnalisées des autorisations de prélèvement nationales actuelles en mandats SEPA quel que soit le pays d’appartenance de l’émetteur de prélèvement.

Cegedim Global Payments propose également la mise à disposition de son Centre de Service de Gestion des Mandats qui peut prendre en charge l’ensemble des nouvelles tâches et des processus manuels ou informatiques qui doivent être mis en place par les émetteurs de prélèvement et qui n’existaient pas dans le fonctionnement actuel du prélèvement national.

Le Centre de Service de Gestion des Mandats de Cegedim fournit l’ensemble des processus et procédés permettant :


  • La collecte, la dématérialisation et l’archivage des mandats papier,
  • La numérisation et l’archivage des mandats numérisés dans un coffre-fort électronique (certifié NF Z 42013) ainsi que les processus de gestion de la preuve et restitution associés,
  • Les processus de communications vers les clients (information préalable, pré-notification, etc…).
Cegedim Global Payments permet d’ores et déjà d’optimiser la migration vers le prélèvement SEPA en proposant des solutions et services permettant :
  • La dématérialisation totale de la gestion des contrats et des mandats lors de l’acte de souscription dans le respect de la loi.
  • Le paiement dématérialisé des factures déclenché par le client (remplacement des encaissements par TIP et chèques)
  • La mise en œuvre de nouveaux modes de paiement.
Cette suite de services baptisée CEG€Pass permet la suppression totale de la gestion de documents papier (contrats, mandats, etc…). Ceci est rendu possible (dans le respect de la loi) grâce à la mise en place de mécanismes de dématérialisation de la signature (la signature biométrique est capturée via une tablette graphique), de mécanismes d’authentification forte et sur l’utilisation et du coffre-fort électronique Cecurity de Cegedim.
Les services CEG€Pass peuvent être mis en œuvre dans de nombreux domaines (validation de documents internes à une entreprise, acceptation de conditions générales entre un fournisseurs et ses agents, ouverture de compte bancaire, validation d’offres de crédit, etc…..).

Virement bancaire : l’Urssaf passe aux normes SEPA

Source : Urssaf (16/12/2011)

À compter de 2012, le réseau des Urssaf s’adapte au projet européen SEPA en utilisant les coordonnées internationales BIC IBAN pour les virements (en remplacement du RIB).
Le projet SEPA (Single Euro Payments Area) a pour objectif d’harmoniser les moyens de paiement en euros.
Il concerne les moyens de paiement les plus utilisés en Europe : carte bancaire, virement et prélèvement automatique.

Quels changements ?
Aucune démarche n’est à effectuer par les entreprises qui règlent déjà leurs cotisations et contributions sociales par virement.
Si vous souhaitez payer, pour la première fois, vos cotisations et contributions sociales par virement, vous devez vous adresser à votre Urssaf. Cette dernière vous transmettra ses coordonnées bancaires aux normes SEPA ou au format RIB selon la configuration de votre logiciel.
Les cotisants qui bénéficient d’un remboursement pour la première fois seront contactés par leur Urssaf afin d’obtenir leurs coordonnées bancaires.

Le communiqué sur le site de l'Urssaf

vendredi 16 décembre 2011

3SKey : Interview de Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT

Source : Finyear

Un an après son lancement, Luc Meurant, Directeur des marchés Banque, Supply Chain et Entreprises de SWIFT, interviewé par Finyear, fait un point sur la solution de signature électronique 3SKey.

Lire l'interview dans Finyear

ZOOM AFTE - SDD Business to Business B2B : Prélèvement SEPAinterentreprises

mercredi 14 décembre 2011

Virement et Prélèvement SEPA : la migration des entreprises est encore insuffisante

Communiqué commun Comité national SEPA, Banque de France, Fédération Bancaire Française

Le Comité national SEPA considère qu'il est impératif de respecter le calendrier d'adoption du règlement européen prévu au premier semestre 2012 et soutient la mise en oeuvre de la " end-date " ambitieuse qui est envisagée (février 2014 pour l'abandon des virements et prélèvements aux formats nationaux). Il décide de lancer à l'automne 2012 une action de sensibilisation auprès des entreprises sur la nécessité de leur migration en 2013.

Le Comité national SEPA s'est réuni en vue de faire un point sur l'adoption du règlement européen, désormais annoncée pour le premier semestre 2012, fixant une seule date butoir de migration pour le virement et le prélèvement SEPA (à ce stade février 2014), ainsi que sur les travaux nécessaires à la préparation et au suivi de la migration en France.

La publication rapide du règlement " end-date " est cruciale. La date butoir définitive pour le prélèvement SEPA doit être connue le plus rapidement possible pour garantir un délai suffisant en vue d'une migration fluide.
Le Comité national regrette les décalages successifs dans le processus d'adoption du règlement " end date " et souhaite qu'il puisse être adopté au plus vite. Il rappelle aux autorités européennes que la publication du texte est cruciale à la mobilisation de tous les acteurs. Le calendrier actuellement envisagé conduit à une publication du règlement en juillet 2012, ce qui laisserait moins de 18 mois aux entreprises pour finaliser leur migration au virement et au prélèvement SEPA. En ce qui concerne ce dernier, les volumes restent insignifiants, tant au niveau français qu'européen, avec moins de 1% de l'ensemble des prélèvements. Le Comité national considère toutefois que le défi peut être relevé si l'adoption du règlement n'est pas retardée.

S'agissant des virements, la migration du secteur privé reste encore faible, contrairement à la sphère publique.
Alors que la date butoir du virement SEPA est également prévue en février 2014, la migration des entreprises demeure encore très faible. A ce jour, 22% des virements en France sont effectués au format SEPA et la France contribue pour un tiers de la montée en charge européenne. Toutefois, cette migration repose pour plus de 85% sur les administrations.

Un plan de communication en régions au plus près des entreprises sera lancé dès la rentrée 2012.
Le Comité national a été contraint d'annuler le colloque initialement prévu le 9 novembre 2011 en raison du retard pris dans l'adoption du règlement " end-date ". Cependant, il poursuit résolument son effort d'information auprès des chefs d'entreprises et plus généralement de l'ensemble des agents économiques concernés par ce projet ; il a décidé la tenue d'actions en régions dès l'automne 2012 après la publication du règlement. Celles-ci doivent contribuer notamment à la sensibilisation des responsables de PME et TPE au sein même de leurs bassins d'activité afin de leur permettre d'appréhender concrètement les enjeux de SEPA. Un colloque national de haut niveau pourrait conclure ce cycle début 2013.

Qu'est-ce que le projet SEPA ?
Le projet SEPA (Single Euro Payments Area - espace unique de paiement en euros) est un projet européen qui s'inscrit dans le prolongement du passage aux pièces et billets en euros. L'ambition est de créer une gamme unique de moyens de paiement en euros, commune à l'ensemble des pays européens. Grâce à ces nouveaux moyens de paiement européens, les consommateurs, les entreprises, les commerçants et les administrations peuvent effectuer des paiements dans les mêmes conditions partout dans l'espace européen, aussi facilement que dans leur pays.

Quel est le rôle du Comité national SEPA ?
Le Comité national SEPA coordonne la mise en oeuvre des moyens de paiement européens en France. Il regroupe des représentants de l'ensemble des acteurs concernés : banques, administrations, entreprises, commerçants et consommateurs, ainsi que des parlementaires et des représentants du Conseil économique et social, de l'Association des maires de France et de la presse.

La 5e Université du Cash Management organisée par BNP Paribas remporte un vif succès

COMMUNIQUE DE PRESSE

La cinquième Université du Cash Management, organisée par BNP Paribas, a attiré plus de 300 participants du monde entier, durant deux journées d'échanges axés autour du thème de la gestion du cash et de la liquidité, en tant que leviers de performance pour les entreprises.

Cet évènement a su s'imposer comme un rendez-vous incontournable de l'univers du Cash Management. Cette Université donne l'opportunité à des Trésoriers et Directeurs Financiers venant du monde entier, d'échanger, de prendre la pleine mesure des tendances du marché, et d'engager une réflexion sur ses évolutions.

BNP Paribas Cash Management, avec d'autres métiers du groupe, a ainsi rassemblé de grands acteurs du cash management : Equity, Fiserv, IBM, PricewaterhouseCoopers, SAP, SunGard et SWIFT. De nombreux clients ont par ailleurs accepté de témoigner, lors de sessions plénières et d'ateliers, durant ces deux journées : Lafarge Inde, Spie Oil & Gas Services, Merck KGaA…..

Les débats ont mis en exergue la fonction centrale du trésorier et du cash management, à l'heure où la confiance et la liquidité sont devenus essentielles pour les acteurs économiques. La conjoncture actuelle et l'environnement réglementaire en mutation, conduisent les banques et les entreprises à s'adapter, et les entreprises doivent avoir l'assurance que leur banque les accompagne, de façon durable, dans leurs projets. De ce fait, pour répondre aux attentes des clients, les solutions de cash management proposées doivent être véritablement intégrées à la relation globale banque-entreprise. Par ailleurs, les entreprises aspirent à des solutions de cash management offrant une couverture géographique globale, mais souhaitent bénéficier d'un accompagnement de proximité avec leurs équipes de trésorerie.

Pierre Fersztand, Responsable Mondial Cash Management, BNP Paribas déclare : « Ces journées sont l'occasion pour BNP Paribas Cash Management de rappeler notre engagement et notre volonté d'accompagner nos clients dans la durée en gestion de trésorerie et de liquidité. Notre couverture géographique et notre expertise nous permettent de proposer des solutions globales tout en déclinant des offres adaptées et un accompagnement local. »

A propos de BNP Paribas Cash Management

Figurant parmi les principaux acteurs au monde dans le domaine du Cash Management et leader européen, BNP Paribas fournit à ses clients des solutions paneuropéennes globales et harmonisées, correspondant étroitement à leurs activités et à leur empreinte géographique. Nos clients Corporate peuvent s'appuyer sur un vaste réseau en Europe, en Amérique, en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient.
BNP Paribas met à disposition 150 Corporate Business Centres répartis dans 23 pays en Europe. Grâce à son expertise locale et à sa proximité, BNP Paribas est en mesure d'accompagner ses clients dans leur développement international, par le biais de spécialistes ayant une entière connaissance des spécificités locales.
Nos 2.500 experts en Cash Management vous assistent dans le choix des solutions qui répondent vraiment à vos besoins.
Quelle que soit la taille de votre entreprise, quel que soit l'endroit où vous vous situez, vous pouvez compter sur une large gamme de solutions éprouvées de gestion de trésorerie, incluant tous les moyens de paiements, solutions de gestion de la liquidité, centralisation, solutions e-banking, solutions SWIFTNet.

lundi 12 décembre 2011

La migration vers SCT en est à 21,07%, le SDD à 0,13% (BCE)

Source : Banque Centrale Européenne (ECB)

Les derniers indicateurs SEPA de la Banque Centrale Européenne (septembre 2011) montrent un taux de migration des instruments de paiements nationaux vers le SEPA encore relativement confidentiel. Le SEPA Credit Transfer (SCT) représente globalement 21.07% des virements, avec une grande disparité entre les pays.


La migration des prélèvements nationaux vers le SEPA Direct Debit (SDD) atteint quant à elle à peine 0,13%.

Tous les indicateurs : http://www.ecb.europa.eu/paym/sepa/about/indicators/html/index.en.html

Club Banque – SEPA : le compte à rebours a commencé

Source : Kurt Salmon

Date
15 décembre 2011

Jeudi, Kurt Salmon organise en partenariat avec Revue Banque une nouvelle session du Club Banque sur le thème : SEPA : le compte à rebours a commencé.
A cette occasion, Marwan Farah, Senior Manager FS, présidera la séance au cours de laquelle interviendront Jérôme Raguénès, de la Fédération Bancaire Française, Geoffroy Goffinet, de la Banque de France, Gilbert Labbé, d’Electricité de France, Jérôme Traisnel, de Slimpay, et Aline Mottet, de Natixis

Lieu : Salons Hoche, Paris
Date : Jeudi 15 décembre 2011
Horaires : 18h- 20h00

Pour plus d’informations, contactez Amandine Solanet à partir de la page de l'évènement sur le site Kurt Salmon.


1er février 2014 fin de migration au SEPA ?

Source : Compte Twitter de @EXPLAINEUROPE (11/12/2011)

"02/02/2012=séance plénière 1ère/unique lecture au Parlement européen sur le règlement end date qui dit 01/02/2014 fin de migration au SEPA !"

vendredi 9 décembre 2011

PriceMinister retient SlimPay, établissement de paiement agréé par la Banque de France, pour sa solution « SEPA Direct Debit »

Communiqué de presse

Paris, le 08 décembre 2011 - PriceMinister retient SlimPay, établissement de paiement agréé par la Banque de France, pour sa solution « SEPA Direct Debit ». Cette solution permet l'encaissement des sommes dues par les vendeurs professionnels abonnés aux services « SuperBoutiques » de la place de marché, depuis n'importe quel compte-bancaire de la zone SEPA, qui inclut 32 pays.

Successeur du prélèvement automatique français qui disparaitra en 2014, le SEPA Direct Debit (SDD) est une solution novatrice que PriceMinister est un des premiers acteurs de l'hexagone à déployer. Il s'agit d'un moyen de paiement entièrement dématérialisé et fiable dans le temps, au contraire de l'encaissement par carte bancaire qui génère des incidents pour date de validité échue, dépassement de plafond ou du chèque qui reste une solution nationale.

« Le choix de SlimPay accompagne le changement de positionnement de PriceMinister, qui va vers plus de personnalisation boutique par boutique, et offre plus de services vers nos vendeurs professionnels. Il nous fallait donc trouver un service de paiement souple et efficace, pour l'encaissement des services SuperBoutiques, quelle que soit l'origine de nos vendeurs » précise Pierre Krings, Directeur Général de PriceMinister. « La solution SlimPay, entièrement dématérialisée, est adaptée à notre environnement du e-commerce. Grâce au SDD, elle répond au caractère international et dans la durée de nos relations avec les marchands professionnels. » conclut-il.

« La signature avec un acteur majeur de place de marché e-commerce tel que PriceMinister-Rakuten illustre parfaitement la constante évolution des modèles économiques vers des formules d'abonnements qui nécessitent des moyens de paiement adaptés tels que ceux que nous proposons » se félicite Jérôme Traisnel, Directeur Général de SlimPay.

A propos de SlimPay
SlimPay est un Prestataire de Service de Paiement à valeur ajoutée. Créée en 2009 par Jérôme Traisnel et Jean-Louis Hoenen, SlimPay, jeune entreprise de technologie innovante, conseille, développe et met en œuvre en mode hébergé des solutions informatiques permettant l'acquisition et le traitement d'ordres de paiement pour le compte des entreprises et notamment des marchands en ligne. Elle a obtenu le 23 novembre 2010 son agrément en qualité d'établissement de paiement par la Banque de France. Composée d'ingénieurs en développement informatique et sécurité de réseau, l'entreprise prévoit à nouveau de doubler ses effectifs d'ici fin 2012. www.slimpay.com
Contact Presse
Hopscotch Capital / Delphine Sibony : 01 58 65 20 17 - dsibony@hopscotchcapital.fr



A propos de PriceMinister
Créé par Pierre Kosciusko-Morizet, Pierre Krings, Justin Ziegler et Olivier Mathiot en août 2000, PriceMinister est le leader européen de l'Achat-Vente Garanti sur Internet avec , lancé en janvier 2001. Le Groupe PriceMinister est aujourd'hui constitué de 4 pôles : l'Achat-Vente Garanti, l'Automobile, l'E-mail Marketing et le Voyage. Les 15 millions de membres du site proposent près de 200 millions de produits sur le site (décembre 2011). En juin 2010, PriceMinister a rejoint le Groupe japonais Rakuten. http://www.priceminister.com
Contact Presse :
Alter'Com Conseil / Estelle Monraisse : 06 60 41 81 52 - altercom@club-internet.fr

mercredi 7 décembre 2011

Systèmes de paiement : les banques en perte de leadership ?

Source : Finyear - Louis Blatt, Vice-Président Produits, ACI Worldwide (12/2011)

A l’échelle mondiale, les volumes de paiement passeront de 306 300 millions en 2010 à 749 800 millions en 2020. La valeur de ces paiements devrait par ailleurs plus que doubler. Ce marché, jusqu’ici perçu comme quelconque et peu lucratif, affiche depuis quelques années un beau dynamisme...au point d’avoir attiré de nouveaux acteurs. Ces derniers concurrencent aujourd’hui allègrement les institutions financières, jusqu’à présent leaders indétrônables du secteur. Quels sont ces nouveaux acteurs ? Quelle est leur valeur ajoutée pour s’imposer sur le marché ? Comment les banques et les fournisseurs historiques de solutions de paiement font-ils face à cette nouvelle concurrence ? Quelles stratégies déploient ces derniers pour conserver et augmenter leurs parts du marché juteux des solutions de paiement ? (...)

Lire l'article dans Finyear mensuel 12/2011 page 36

Les nouveaux moyens de paiement : une source de bouleversements à venir dans les 5 ans

Source : Finyear (7/12/2011)

Compass Management Consulting, une société du groupe ISG (Information Services Group) (NASDAQ:III), et leader mondial de l’analyse comparative dédiée à l’amélioration des performances des entreprises, se penche à l’occasion de la publication d’une étude sur les stratégies des nouveaux moyens de paiement, signée Guillaume Almeras, Directeur Banques de Compass Management Consulting, sur ce tournant stratégique.

Lire l'article dans Finyear

jeudi 24 novembre 2011

Le prélèvement SEPA expliqué au prélevé

Source : Le Républicain Lorrain, Courrier des professions : Le banquier (17/11/2011)

Quelle est la différence entre un prélèvement SEPA et un prélèvement classique ? Peut-on refuser un prélèvement à venir lorsqu’on est en conflit avec le créancier ? (...)

Lire l'article dans le Républicain Lorrain

mercredi 23 novembre 2011

La DSI est condamnée à innover... ou à disparaître

Source : Frédéric Charles, ZDNet France (06/11/2011)

L'innovation technologique doit permettre à l'entreprise de commercialiser des produits ou des services plus performants, ce qui peut aussi demander de changer ou d'améliorer les processus de fabrication de ces produits pour atteindre les mêmes objectifs. Et dans un monde où les produits et services intègrent de plus en plus de numérique et les processus reposent de plus en plus sur le système d'information, il n'y a donc aucun doute sur le fait que la DSI est au coeur de l'innovation (...)


Lire l'article dans ZDNet France

mardi 22 novembre 2011

La centralisation de la trésorerie, outil de pilotage financier

Source : new-cfo.fr (22/11/2011)

Lors du prochain Financium, le 6 décembre de 11:30 à 12:30, aura lieu une conférence particulièrement intéressante quant à l’opportunité que représente la migration vers les nouveaux moyens de paiement. La mise en place de SEPA constitue une étape importante dans la gestion de la trésorerie, que la centralisation transforme en véritable outil de pilotage (...)

Plus d'informations et inscription sur le site new-cfo.fr

L'EPC publie le guide d'implémentation pour l'interopérabilité des cartes de paiement mobile sans contact SEPA

Source : European Payments Council (22-11-2011)

Le Conseil européen des paiements (EPC) a publié le «Mobile Contactless SEPA Card Payments Interoperability Implementation Guidelines». Ces directives offrent une description de l'écosystème mobile de paiement sans contact et les acteurs impliqués, afin de fournir une vision claire de l'état de l'art de la technologie et son déploiement sur le marché.


Plus d'information et téléchargement sur le site de l'EPC 

Evolution des tarifs bancaires: l’observatoire dresse un bilan mitigé

Source : news-banque.com

Les principaux services proposés par les banques à leur clients ont connu autant de baisses tarifaires que de hausses en dix-huit mois, a indiqué lundi l’Observatoire des tarifs bancaires dans son premier rapport.

(...) Le virement SEPA occasionnel externe dans la zone euro est lui facturé 0,01 euro (-83%) quand il est effectué sur internet (...)

Lire l'article dans news-banque.com

vendredi 18 novembre 2011

Nouvelle édition des Scheme Rulebooks SEPA

L'European Payments Council (EPC) vient de publier Une nouvelle version des SEPA Scheme Rulebooks SEPA Credit Transfer (SCT) et SEPA Direct Debit (SDD). On peut estimer que le faible nombre de modifications dénote une maturité des textes et leur adéquation aux problématiques des instruments de paiement européens. Les nouvelles versions des textes sont les suivantes :
  • SCT Rulebook version 6.0
  • SDD Core Rulebook version 6.0
  • SDD Business to Business (B2B) Rulebook version 4.0
Ces versions entreront en vigueur dans un an (novembre 2012).

Consulter l'article de l'EPC et télécharger les Rulebooks

jeudi 17 novembre 2011

Comparatif des tarifs d’un virement externe SEPA effectué en agence

Source : banketto.fr

Frais bancaires : Combien coûte un virement occasionnel effectué dans une agence bancaire ? Comparatif des tarifs des banques pour un virement externe SEPA.

Voir le comparatif sur le site banketto.fr

mercredi 16 novembre 2011

INGENICO : Le Crédit Mutuel-CIC et Ingenico lancent un pilote pour le paiement par carte dans le cadre du SEPA

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE
 

Neuilly-sur-Seine, le 15 novembre 2011 - Ingenico (Euronext : FR0000125346 - ING), leader mondial des solutions de paiement, et le groupe Crédit Mutuel-CIC annoncent aujourd'hui le lancement d'un pilote d'acceptation de paiement par carte conforme aux normes SEPA, dans le cadre des spécifications techniques définies par le consortium OSCar. Ce pilote se déroulera à la fois en France et dans des pays européens limitrophes.

Le projet OSCar a pour objectif de définir une solution commune de paiement d'acceptation et d'acquisition des cartes pour le SEPA, fondées sur les 2 standards disponibles : l'application de paiement SEPA FAST et le protocole acquéreur ISO 20022 EPAS. En 2012, des pilotes OSCar seront lancés dans plusieurs pays, avec différents systèmes de cartes, différents acquéreurs et fournisseurs de solutions de paiements avec en parallèle la mise en place de l'infrastructure de certification fonctionnelle correspondante.

Le pilote vise à démontrer que cette solution de paiement unique permettra aux commerçants du monde entier d'accepter toutes les cartes en usage dans la zone SEPA en leur fournissant une solution optimisée et rentable. Il sera mis en oeuvre dès le début de l'année 2012 et progressivement étendu à d'autres pays européens. A la fin de ce pilote, un déploiement commercial sera étudié par le groupe Crédit Mutuel - CIC, Ingenico et leurs clients.

Claude Brun, directeur des moyens de paiement pour le groupe Crédit Mutuel-CIC, insiste sur l'importance de ce pilote : "Premier acquéreur français, le groupe Crédit Mutuel-CIC est également l'un des tout premiers acquéreurs européens et est donc particulièrement concerné par les travaux du consortium OSCar. Par son implication et ses innovations il a été le premier à tester le paiement sans contact par téléphone mobile et participe activement à son développement ?, il prouve sa volonté de continuer à investir dans le secteur de l'acquisition monétique et d'oeuvrer pour ses marchands dans l'optimisation de l'acceptation. De plus, avec les Caisses Desjardins, il développe actuellement des services dans le domaine de la monétique au Canada."

"Ingenico participe activement à toutes les initiatives de standardisation afin d'oeuvrer en faveur du déploiement des solutions de paiements interopérables et performantes dans le SEPA. Les commerçants sont très en attente des solutions d'acceptation des cartes bancaires optimisées et interopérables, facilitant leurs opérations multinationales. Le pilote OSCar que nous lançons avec le groupe Crédit Mutuel-CIC vise à montrer aux commerçants qu'une solution d'acceptation de paiement par carte conforme à leurs attentes est désormais possible. a déclaré Pierre-Antoine Vacheron, EVP, Europe SEPA, chez Ingenico.
 
A propos du Crédit Mutuel ? CIC Le Crédit Mutuel ? CIC est l'un des principaux groupes bancaires en France et en Europe. Très présent dans la banque de détail et le crédit à la consommation avec 5 875 points de vente et plus de 29 millions de clients en Europe, il appuie son développement sur 32,3 milliards d'euros de capitaux propres (part du groupe), gère 576 milliards d'euros d'encours d'épargne et 323 milliards de crédits. Vous trouverez plus d'informations sur www.creditmutuel.fr
 
A propos d'Ingenico (Euronext: FR0000125346 - ING) Avec plus de 15 millions de terminaux en activité dans plus de 125 pays, Ingenico est un acteur majeur des solutions de paiement. Ses 3000 collaborateurs accompagnent les commerçants, les banques et les fournisseurs de services dans l'optimisation et la sécurisation de leur solution monétique, le développement de leur offre de services et l'accroissement de leurs revenus au point de vente. Pour plus d'information : www.ingenico.com.

A propos du Consortium OSCar Le consortium OSCar (Open Standards for Cards) mis en place fin 2010, a pour objectif d'encourager l'implémentation concrète des standards SEPA dans les terminaux de paiement et dans le domaine Accepteur? Acquéreur en développant une solution commune basée sur l'application de paiement SEPA FAST et le protocole acquéreur ISO 20022 EPAS. Le projet permettra aux banques, industriels, commerçants et systèmes cartes à passer de la théorie à la pratique et de mettre en oeuvre les résultats du programme de standardisation SEPA pour la carte. L'initiative rassemble à ce jour les acteurs clés suivants : Atos, Barclaycard, Cedicam, Cetecom, Clear2pay Integri, Consorzio Bancomat, Credit Mutuel, Die Deutche Kreditwirtschaft, Elitt, Equens, Galitt, GIE CB, Ingenico, Mastercard Europe, Paycert, Point International, Poste Italiane, SRC, Verifone, VOB?ZVD, Wincor Nixdorf.

INGENICO - Communication Corporate
Rémi Calvet
VP Communication remi.calvet@ingenico.com
+33 1.46.25.78.23

mardi 15 novembre 2011

SEPA Survey 2011

Source : Communauté des trésoriers d'entreprise

Selon le SEPA Survey 2011, une enquête en ligne réalisée par la Banque centrale européenne auprès de plus de 350 entreprises, 22% des entreprises de la zone euro utilisent le SCT pour plus de la moitié de leurs paiements et (...)

Lire la publication dans la communauté des trésoriers d'entreprise

lundi 14 novembre 2011

Cegedim SRH retient NEOFI Solutions pour assurer l’exécution des virements SEPA de ses clients

COMMUNIQUE DE PRESSE

Saint Denis, le 14 novembre 2011 – Cegedim SRH accompagne ses clients pour leur permettre de remplacer, en toute sérénité, le protocole bancaire ETEBAC et respecter les nouvelles normes bancaires SEPA au sein de leur service Ressources Humaines (RH) grâce à NEOFI Link et NEOFI Banking EBICS Direct.

Expert de la paie et des Ressources Humaines au service des entreprises, Cegedim SRH se positionne comme un acteur majeur sur ce marché. Disposant d’une expertise de plus de 25 ans dans le domaine de l’externalisation RH, la vocation de Cegedim SRH est d’offrir à ses clients des solutions et des services à forte valeur ajoutée. Pour répondre aux enjeux de la fonction RH, Cegedim SRH s’appuie notamment sur sa nouvelle plateforme TEAMSRH, un SIRH complet et modulaire, nativement conçu pour l’externalisation. Solution interactive en temps réel, elle est particulièrement adaptée pour gérer des structures de tailles et d’organisations variées, de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers de salariés, multi-sociétés et multi-établissements, multi-conventions collectives et réglementaires. Dans le cadre de sa prestation de gestion de la paie, Cegedim SRH propose d’exécuter pour le compte de ses clients, les virements bancaires liés à la gestion de ce processus.

Cegedim SRH recherchait, dans ce cadre, une solution pour remplacer son ancien outil de communication bancaire ETEBAC, devenu obsolète du fait de l’arrêt du réseau X25. Dans le même temps, c’était l’opportunité de rendre ces flux compatibles avec les nouvelles normes de virements bancaires SEPA (Single Euro Payment Area). Pour répondre aux exigences de sécurité, de confidentialité et de qualité de service, Cegedim SRH doit s’appuyer sur des solutions agiles, fiables et hautement sécurisées, les spécificités de chaque banque pour traiter ces flux de virements SEPA nécessitant une grande souplesse d’adaptation.

La solution NEOFI Link, combinée à NEOFI Banking EBICS Direct, a été retenue. Elle a été mise en place en seulement quelques semaines en connexion avec de nombreuses banques et comptes bancaires. Stéphane BOUVIER, directeur technique de Cegedim SRH, témoigne : « Le nouveau protocole EBICS et les nouvelles normes SEPA sont opérationnels. Nos équipes ayant été formées au paramétrage, l’ergonomie de la solution et sa flexibilité nous ont facilité sa mise en oeuvre. Particulièrement bien étudiée au niveau de sa conception, le paramétrage et la maintenance de la solution n’en sont pour nous que plus aisés.» En effet, NEOFI Link assure la gestion automatique et sécurisée de tous les flux depuis la plateforme TEAMSRH. NEOFI Banking EBICS Direct communique directement avec les banques en utilisant le protocole EBICS.

A propos de Cegedim SRH
Cegedim SRH est un des acteurs majeurs du marché des solutions et services pour la gestion de la paie et des Ressources Humaines en France. Capitalisant sur son expérience et son savoir-faire, Cegedim SRH conçoit, développe et commercialise des solutions applicatives innovantes et une offre de services d’externalisation associée. Cegedim SRH s’appuie, pour cela, sur sa propre plateforme de gestion de paie et de RH : TEAMSRH et propose des prestations adaptées aux entreprises quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. La société compte parmi ses clients des entreprises nationales et internationales, issues des grands comptes et du mid-market.
Pour plus d’informations : www.cegedim-srh.com
Société Anonyme au capital de 421 430 Euros Siège social : 27-29 rue Raffet 75116 Paris
Bureau : Centre d’Affaires Paris Pleyel 153 boulevard Anatole France 93521 Saint Denis Cedex
Tel : +33 (0)1 48 20 20 30 www.neofi-solutions.com
N° SIRET : 488 351 594 00012 - N° TVA : FR65488351594

A propos de NEOFI Solutions :
NEOFI Solutions est un éditeur de logiciels qui aide les entreprises à réduire leurs coûts et être plus flexibles par l’optimisation de leurs flux d’informations financières.
NEOFI Solutions conçoit, développe et commercialise le logiciel NEOFI Link pour l’intégration des applications informatiques des entreprises. Son offre NEOFI Banking de communication bancaire permet de gérer les échanges avec les partenaires bancaires.
De grandes entreprises comme Accor, Groupe Yves Rocher ou Lafarge utilisent quotidiennement ces solutions.

Pour plus d’information sur NEOFI Solutions : www.neofi-solutions.com

Natixis lance un dispositif de formation innovant dédié à ses clients trésoriers : myCampus Cash management

Source : natixis.com

Natixis offre à ses clients le 1er dispositif multimédia et multicanal pour se former efficacement aux pratiques du cash management et à ses thèmes phares (prélèvement SEPA, gestion de mandat SEPA ou certificat 3SKey).

myCampus Cash management est un dispositif, composé :

- d’un nouveau site Internet www.cashmanagement.natixis.com

- de l’application « myCampus » téléchargeable sur un iPhone, iPod Touch ou iPad.

mercredi 9 novembre 2011

SWIFT publie un livre blanc sur la migration SEPA

SWIFT a annoncé ce jour la publication d’un livre blanc délivrant des conseils sur les actions que les institutions financières peuvent mettre en place en attendant l’annonce de la date butoir de la migration SEPA.

Si l’avenir du SEPA reste incertain, les experts SWIFT conseillent d’agir judicieusement et recommandent quelques actions clés à réaliser en attendant la migration afin d’en limiter les effets néfastes.

En savoir plus : http://www.swift.com/news/press_releases/sepa_white_paper?lang=fr

Télécharger le livre blanc


mardi 8 novembre 2011

Les entreprises avancent sur le Sepa

 (07/11/2011)
Selon l’enquête de l’AFTE à fin septembre sur le Single European Payment Area (Sepa), 40% des membres de l’association ont déjà émis des virements européens (SCT) contre 24% un trimestre plus tôt. Pour 43% des émetteurs de SCT, ceux-ci représentent déjà plus de 50% des virements (le double du taux relevé en début d’année). En revanche, sur le prélèvement (SDD), l’adoption reste très faible, le schéma européen n’étant toujours pas définitivement arrêté: seulement 15% des émetteurs de prélèvements ont déjà lancé un projet.

Lire l'article dans L'AGEFI

lundi 7 novembre 2011

Migration SEPA : trilogue sur le règlement «end date» attendu pour la fin de l’année 2011

Source : Catherine Gondelmann Bredin, EXPLAIN SEPA

(...) Le processus de discussion appelé trilogue (dialogue à trois) entre le Parlement Européen, le Conseil de l’union sous la présidence actuelle de la Pologne et la Commission Européenne devrait voir son épilogue fin décembre. Il convient d’être néanmoins prudent et d’utiliser le conditionnel car, compte tenu des évènements actuels qui secouent le paysage européen, l’agenda des parlementaires européens pourrait être perturbé (...)

Dans cet article, Catherine Gondelmann Bredin apporte des éclaircissements sur les questions suivantes :
  • A quand la fin du trilogue et la publication du règlement end date ?
  • Une ou deux dates butoirs ?
  • Avec quelles exigences techniques ?
  • Quels sont les services de paiement concernés ?
  • A quand l’ISO 20022 obligatoire pour les clients en cas de transferts de fichiers ?

Lire l'article de Catherine Gondelmann Bredin dans son blog EXPLAIN SEPA

lundi 31 octobre 2011

Source : Artesi Île-de-France

Un marché très prometteur

Alors que le marché du paiement mobile suscite de plus en plus d’intérêt, Lemon Way, acteur de ce marché depuis 2007, a souhaité faire le point sur un marché très prometteur.

Enjeux mondiaux
Le marché mondial des cartes continue de progresser : de 8 milliards en 2010 à 10 milliards de cartes en 2015. En 2010, cartes de débit (62%), cartes de crédit (28%), prépayées (10%).
Le E-paiement et le M-paiement (paiement mobile) représentent déjà 22,5 milliards de transactions en 2010.
Le E-paiement devrait atteindre 30,3 milliards et le M-paiement 15,3 milliards en 2013 ! (source World payment report 2011 de Cap Gemini / RBS / EFMA)
La guerre contre le cash et le chèque a trouvé son arme fatale (...)

Lire l'article sur le site Artesi Île-de-France

samedi 29 octobre 2011

Soupçons d’entente autour du SEPA : la Commission ouvre une enquête

Source : Revue Banque (25/10/2011)

Malgré les appels au dialogue du European Payment Council (EPC) lancés cet été, la Commission n’a rien voulu savoir (...)

Lire l'article dans Revue Banque

jeudi 27 octobre 2011

L’AMI du prélèvement SEPA – Advanced Mandate Information

Source : Catherine Gondelmann Bredin - expert SEPA d’EXPLAIN (27/10/2011)

Nouvelles versions des « Rulebooks » SDD applicables le 19 novembre 2011

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser entendre, je ne vais pas vous parler d’amitié. L’AMI est une nouvelle fonctionnalité proposée dans le cadre du prélèvement SEPA qu’il soit standard (SDD « Core ») ou interentreprises (SDD « B2B »)

Le principe consiste pour le créancier à envoyer un message contenant les données du mandat dès sa récupération auprès du débiteur (...)

Lire l'article dans le blog EXPLAIN SEPA

La stratégie numérique : connecter l'UE

Source : EurActiv.com

L'Internet à haut débit pour tous, y compris sur les téléphones portables, et des tarifs moins élevés représentent les principaux éléments de la stratégie numérique de la Commission, un plan étalé sur cinq ans visant à assurer une meilleure connectivité pour les citoyens et les entreprises de l'UE (...)

Lire l'article sur le site EurActiv.com

mercredi 26 octobre 2011

Le SEPA : Où en est-on ?

Source : CXP, Joël Quéré, ATHIC (25/10/2011)

A l’heure où l’Europe traverse une crise identitaire sur la gouvernance économique, le plan SEPA est actuellement dans une étape intermédiaire.

En France, après le démarrage du virement (SCT ou SEPA Credit Transfer) et du prélèvement (SDD ou SEPA Direct Debit), les dates butoirs d’arrêt des moyens de paiement nationaux sont encore incertaines (achèvement de la migration pour le virement en juin 2013 et juin 2014 pour le prélèvement). Cette évolution qui parait inéluctable, du fait de l’intégration à l’échelle européenne des banques centrales ne deviendra cependant réellement concrète qu’avec la décision d’arrêter les systèmes de paiement nationaux redondants (...)

Lire la tribune de Joël Quéré sur le site du CXP

lundi 24 octobre 2011

Financium les 6 et 7 décembre à Paris

Financium se tiendra mardi 6 et mercredii 7 décembre prochains au Pavillon d’Armenonville, à Paris. Le rendez-vous annuel des dirigeants finances-gestion organisé par DFCG permettra à la profession de rencontrer ses pairs et de nourrir les réflexions sur les métiers des directions financières. Accès libre et réservé aux directions financières.

En savoir plus

[video] Sepa 3.0: beyond the end-date - Jean-Yves Muylle

SIA Expo 15 octobre 2011, Milan

Discours (en anglais) de M. Jean-Yves Muylle, responsable d’Unité à la DG Marché intérieur, Services et systèmes de paiement à la Commission Européenne


Première partie (14'01")


Seconde partie (14'56")

dimanche 23 octobre 2011

Les journées du trésorier de l'AFTE les 15 et 16 novembre à Paris


Mardi 15 novembre
Trésoriers, qui êtes-vous ?
Animateurs : Guillemette Colrat et Florence Saliba
8h45 Ouverture des journées de l’AFTE
Philippe Messager - AFTE
9h00 Vivre le métier : l’identité du trésorier
Fabrice Coudray - Robert Half International France
Florence Saliba - Danone
10h15 Pause et visite des stands
11h00 Entrer dans le métier : la formation initiale
Animateur de la table ronde : Guillemette Colrat - AFTE
Guillaume Duvivier - Groupama SA
Lionel Garnier-Denis - Alten SA
Pierre Medan - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
11h40
Approfondir le métier : la recherche
Philippe GAUTIER - ANRT (Association Nationale de la Recherche et de la Technologie)
12h00
Prix du meilleur mémoire de finance
Jean-Claude Colliard - Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
12h45 Déjeuner et visite des stands

Bâle III, Solvency II … vers une réforme du système financier
Animateurs : Guillemette Colrat et Cyril Merkel
14h45 État des lieux
Danièle Nouy - Autorité de Contrôle Prudentiel
15h15 Les enjeux de Bâle III et Solvency II
Claire Bourgeois - Groupama AM
Philippe Henry - HSBC
15h45 PME, diversifiez vos financements 
Alain Philbert - Groupe GIAC (Groupement d’emprunt)
16h00 Bâle III, Solvency II, « Bâle » de set ou « Bâle » de match ?
Aminateur de la table ronde : Hervé Labbé, AFTE
Daniel Biarneix - Compagnie de Saint-Gobain
Claire Bourgeois - Groupama AM
Philippe Henry - HSBC
Alain Philbert - Groupe GIAC
Cyril Roux - Autorité de Contrôle Prudentiel
Patrice Tourlière - Groupe Lafarge
16h55 Pause et visite des stands
17h40 Mort annoncée des OPCVM monétaires ?Animateur de la table ronde : Florent Berthat – L’AGEFI
Jean Eyraud - EDF
Stéphane Landon - Société Générale
Helen Montagne - But
Patrick Siméon - Amundi
18h25 Nouvelle réglementation des produits dérivés
Richard Raeburn - EACT
Laurence Valentin-Esturonne - Sanofi

Mercredi 16 novembre
Ateliers
Moyens de paiements
9h00-10h00
Cartes bancaires : encaissements locaux et hors frontières 
Philippe Bouchard - Hermès International
10h00-11h00 La fraude électronique : une criminalité en croissance
Adeline Champagnat - Direction Centrale de la Police Judiciaire
Frédérique Lacombe - Air France
11h00–11h45 Pause et visite des stands
11h45-12h45 Signature électronique, signature personnelle
Chérifa Hemadou - Virbac
Hervé Postic - UTSIT
Cash Management
9h00-10h00
Amérique LatineEmmanuel Rapin – Rhodia Services
10h00-11h00 Europe de l’Est
Baudoin Courau - Faurecia
11h00–11h45 Pause et visite des stands
11h45-12h45 Asie
Bruno Amadei - LVMH
Gestion des risques
9h00-10h00
Marked to market : cas pratique de valorisation
Pierre Boudet – Bloomberg
Jérôme Daviron - France Telecom
10h00-11h00 Crédits syndiqués : éviter les pièges
Xavier Gallet - Veolia Environnement
Laeticia Lemercier - Gide Loyrette Nouël
11h00–11h45 Pause et visite des stands
11h45-12h45 Garanties bancaires : mise en place et suivi
François Huchet - Razel
Franz Zurenger - Elior
12h45 Déjeuner et visite des stands

Trésoriers, what else ?
Animateurs : Bruno Grépinet et Hervé Labbé
14h45 Le Trésorier à l'épreuve des IFRS
Isabelle Pujol - Veolia Environnement
Sébastien Tranzéat - Auchan
15h30 Pause et visite des stands
16h00 Bienvenue dans la crise
Hervé Juvin, Écrivain et essayiste
17h00 Tirage au sort
17h15 Clôture des Journées de l'AFTE 2011Hervé Labbé, Président du comité de pilotage 2011

Programme et inscription sur le site de l'AFTE

vendredi 21 octobre 2011

Annulation du colloque SEPA du 9 novembre 2011 et maintien des actions de communication en régions

Source : SEPA France (17 octobre 2011)

En juin dernier, le Comité national SEPA a décidé d’organiser un colloque afin d’envoyer aux entreprises, en particulier les PME, un signal fort sur le projet SEPA et la mise en place définitive de la nouvelle gamme d’instruments de paiement européens.

Ce colloque prévu le 9 novembre 2011 au Ministère des Finances devait notamment informer les chefs d’entreprises du calendrier
de fin de migration au virement et au prélèvement SEPA.

Le Comité national constate aujourd’hui qu’un délai supplémentaire dans l’adoption du règlement européen fixant les dates-butoirs de migration ne permet pas la tenue de cette manifestation.

Cependant, en vue de poursuivre son objectif d’information des chefs d’entreprises, le Comité national souhaite, dès le vote du règlement, amplifier sa communication par des actions ciblées en régions. Celles-ci contribueront à atteindre de manière efficace les responsables des PME et TPE et à leur permettre d’appréhender les enjeux du SEPA et de sa migration dans les meilleures conditions.

Comité National SEPA

lundi 17 octobre 2011

Paiement en ligne : l’industrie bancaire joue-t-elle le jeu ? La Commission européenne en doute

Depuis la directive Services de paiement (dite « DSP ») la fourniture de services de paiement ne relève plus du monopole bancaire et peut désormais être proposée par de nouveaux entrants ayant un statut d'établissement de paiement ou de monnaie électronique. En 2011, tous les opérateurs de cette industrie bénéficient-ils, comme prévu par les textes, d'un accès équitable et ouvert au marché des paiements ? Pas si sûr si l'on en croit la plainte et l'enquête en cours à la Commission européenne (...)

Lire l'article dans Droit & Technologies

jeudi 13 octobre 2011

Paiements électroniques: Bruxelles réclame une accélération de l’harmonisation

Source : AFP, news-banques.com

L’harmonisation des systèmes de paiement électronique et par carte bancaire en Europe doit aller plus vite, a plaidé mercredi le commissaire européen chargé de la Concurrence, Joaquin Almunia, qui a aussi estimé que ces paiements devaient être “plus transparents et moins cher” (...)


Lire l'article sur news-banques.com

mardi 11 octobre 2011

"Les SI en France sont aujourd'hui en danger"

Source : zdnet.fr

Les SI trop exposés aux nouvelles menaces ? C'est l'avis de Patrick Pailloux, patron de l'Anssi, rencontré en clôture des Assises de la Sécurité 2011

lundi 10 octobre 2011

Signature électronique de contrats en ligne : découvrez le nouveau livre blanc de Cryptolog !

Communiqué de presse

« Comment réussir un projet de contractualisation électronique ? Quelle stratégie adopter en fonction de quel contexte ? Quels sont les critères et les contraintes juridiques à prendre en compte ? Quelles sont les solutions à mettre en oeuvre ? » Autant de questions abordées dans le nouveau livre blanc de Cryptolog. 

 

Livre-blanc-Cryptolog-vignette.png
Paris, le 10 octobre 2011 - Le marché est aujourd'hui profondément en attente de mécanismes simples et fiables permettant de signer à distance des documents contractuels. Que ce soit en BtoB ou en BtoC, les besoins et les attentes liés à la contractualisation en ligne sont énormes : accélération des processus commerciaux, meilleure conversion client, réduction des déplacements, des impressions et des envois postaux, dématérialisation des documents, simplification des opérations... 

Fort de ce constat, Cryptolog, éditeur de solutions innovantes pour la signature électronique, l'horodatage et la gestion de la preuve, a le plaisir d'annoncer la publication de son nouveau livre blanc intitulé « Contractualisation en ligne : réussir son projet de signature électronique ».

Fruit de l'expérience unique de Cryptolog en matière de signature électronique depuis plus de dix ans, ce livre blanc a pour ambition d'être un véritable guide de mise en oeuvre pour tous ceux qui souhaitent découvrir et déployer la signature électronique dans leur environnement professionnel.

Destiné aux non-spécialistes, ce document livre, dans un style accessible à tous, l'ensemble des clés de compréhension de la contractualisation électronique, depuis le principe de base de la signature cryptographique jusqu'aux différents scénarios de déploiement en passant par le cadre légal en vigueur.

Il est également l'aboutissement d'une démarche éditoriale authentique, exclusivement focalisée sur la thématique spécifique de la signature électronique contractuelle et dans laquelle aucune zone d'ombre n'a été ignorée.

Pour l'obtenir, contactez-nous à l'adresse press@cryptolog.com ou bien téléchargez-le gratuitement en cliquant sur le lien ci-dessous :
bouton_telecharger_200_200.jpg

À propos de Cryptolog

Cryptolog est un éditeur logiciel à la pointe de l'innovation en matière de signature électronique, d'horodatage et de gestion de la preuve. Cryptolog propose à ses clients des solutions logicielles sur étagères, des services hébergés clés en mains et un conseil d'expert sur la signature électronique. Depuis 2010, il commercialise le service d'horodatage en ligne Universign.

Pour plus d'information : www.cryptolog.com - blogs.cryptolog.com

SWIFTRemit offre la première plateforme mondiale d’envois de fonds du secteur bancaire


Communiqué de presse
La solution SWIFT de paiements transfrontaliers entre particuliers apporte une structure économique et assure un service constant de qualité

Bruxelles, le 10 Octobre 2011 – SWIFT, fournisseur mondial de services de messagerie financière sécurisée partagés par plus de 9 700 entreprises et institutions financières à travers 209 pays, lance SWIFTRemit pour répondre aux besoins du marché mondial de transfert de fonds.

Grâce à la toute première plateforme internationale de paiements entre particuliers, SWIFTRemit connecte entre elles les banques, les opérateurs de transferts d’argent (MTOs) et tout autre type d’institutions de contrôle de paiement. Le service fournit à l’industrie des transferts de fonds une structure technique et commerciale incluant le réseau SWIFTNet à très haut niveau de qualité et de sécurité, ainsi que les standards de messagerie ISO 20022, pour soutenir une mise en application rentable et évolutive des services de paiements transfrontaliers dans le monde.

SWIFTRemit aide ses utilisateurs à fournir un meilleur service client grâce à plus de flexibilité et à la transparence requise en termes de prix et de délai. SWIFTRemit prend en charge tous les types de paiements : compte, espèces, cartes et chèques. Le service est également adapté aux paiements ordonnés par téléphone mobile et fournit les notifications et les versements notamment pour créditer des portefeuilles mobiles. Au-delà des paiements entre particuliers, SWIFTRemit a été développé pour prendre en charge également les versements des prestations de retraite.

Gottfried Leibbrandt, Directeur Marketing de SWIFT, commente : « SWIFTRemit offre à nos clients une occasion unique de proposer un produit compétitif sur le marché mondial des paiements de détail. La croissance est freinée par un manque d’interopérabilité et de solides standards de qualité dans les systèmes existants. SWIFTRemit propose une solution sans référence de marque que les institutions peuvent adapter aux demandes spécifiques de leurs clients et de leur marché ».

Le service de SWIFT, auparavant nommé Workers’ Remittances et lancé au niveau régional en 2009, a été bien accueilli par le secteur bancaire. Près de 70 institutions financières ont déjà adhéré au service et environ 25 sont déjà opérationnelles.

La CaixaBank en Espagne a été parmi les premiers utilisateurs de SWIFTRemit et a pu constater des avantages évidents pour ses services d’envois de fonds. Antonio Blanco, Directeur du Contrôle de Gestion, Banque Internationale, CaixaBank explique : « L’approche standardisée de SWIFTRemit facilite la mise en relation entre de nouvelles contreparties. Avec SWIFTRemit cela prend environ deux mois pour établir une nouvelle contrepartie contrairement aux six mois nécessaires avant que nous commencions à utiliser le service ».

Les banques ne sont pas les seules à profiter des avantages de la solution SWIFTRemit. Lors de l’édition 2011 de Sibos, l’opérateur mondial de transfert de fonds MoneyGram a annoncé également son adhésion à SWIFTRemit. Paul Thomas, Directeur Partenanariats Stratégiques Mondiaux de MoneyGram International commente : « La stratégie développée à travers les produits MoneyGram est de proposer à nos clients un choix entre  différents modes de paiements sécurisés, pratiques et économiques. Notre adhésion à SWIFTRemit est donc un moyen parfait pour mettre en œuvre notre stratégie et permettra également aux adhérents de SWIFTRemit de profiter du réseau de MoneyGram constitué de  244 000 agences dans 192 pays ».

Campagne de sensibilisation internationale
Dans le cadre de son engagement à développer des solutions répondant aux challenges de la communauté et à promouvoir l’innovation, SWIFT évoquera les opportunités qui se présentent dans le domaine des transferts de fonds et présentera SWIFTRemit lors de plusieurs évènements à venir. Le SWIFTRemit Business Day se déroulera le 11 octobre lors de l’IMTC Miami 2011, la plus grande conférence et le plus grand salon d’Amérique dédié au transfert de fonds. D’autres SWIFTRemit Business Days sont également prévus au Royaume-Uni (Novembre 2011), au Maroc (Février 2012) et en Asie (Avril 2012). Plus d’informations sur la page Evénements de swift.com.

Pour en savoir plus sur SWIFTRemit rendez-vous sur la page SWIFTRemit sur swift.com
...................................................................................................................................
À propos de SWIFT
SWIFT est une société coopérative qui permet aux membres de son réseau d’échanger des informations financières standardisées et automatiques de manière sure et fiable, et, dès lors, de réduire les coûts, de limiter les risques opérationnels et de supprimer des processus opérationnels inefficaces. Plus de 9 500 organismes bancaires, établissements financiers, institutions et entreprises dans 209 pays bénéficient des produits et services et de l’expertise de SWIFT et de sa plateforme de communication sécurisée unique au monde. SWIFT assure l'échange sécurisé de données propriétaires en garantissant confidentialité et intégrité. SWIFT facilite également le rapprochement des acteurs de la communauté financière pour élaborer ensemble des pratiques de marché, définir des standards et envisager des solutions aux questions d’intérêt commun. En utilisant SWIFT, les clients peuvent générer de nouvelles possibilités d'affaires et un nouveau flux de revenus. Pour de plus amples informations, rendez-vous sur swift.com.

Messages les plus consultés